Wait for you #6 : Jeu d’inconscience – Jennifer L. Armentrout

wait-for-you6-jeu-dinconscience-jennifer-l-armentrout

mon-avis-3

Me retrouver avec un livre de JLA dans les mains est toujours un moment particulier pour moi. Alors savoir que ce livre serait le dernier de cette série que je chéris tant a rendu ce moment encore plus intense ! Certains le savent certainement, Jeu de patience (Wait for you) est le premier livre New Adult que j’ai acheté et qui m’a amené dans cette belle aventure de lectures et de blog ! Alors évidemment retrouver tous ces personnages que j’aime tant dans ce dernier opus était un réel plaisir.

Dans ce roman, on fait un bond dans le temps et on se retrouve bien des années après le premier tome de la série. Les personnages ont grandi, ont construit ou sont en train de construire une famille et sont évidemment plus heureux que jamais.

Ce tome présente l’histoire de Jillian et Brock, des personnages que nous avions déjà découverts précédemment ! Nous apprenons à mieux les connaître et cet aspect n’est vraiment pas pour nous déplaire ! Surtout concernant Brock qui était un personnage qui m’avait beaucoup intriguée précédemment. Evidemment, les drames ne sont pas bien loin et on comprend vite qu’un passé lourd entoure ces deux personnages, perdus de vue depuis 6 ans !

Je vous avoue, quand j’ai commencé le livre et que j’ai compris la tournure qu’il allait prendre, j’ai eu peur. J’ai vraiment eu peur de retomber dans une énième histoire Mr Grey ! Puis je me suis dit : « naaan, JLA peut pas nous faire ça ! » et heureusement, elle ne l’a pas fait ! Néanmoins, j’ai eu un peu de mal avec certains éléments de cette histoire. En effet, on se retrouve bien des années après Jeu de patience, les personnages sont plus âgés, Jillian et Brock aussi. C’est le premier tome où les personnages approchent ou dépassent la trentaine. Je n’ai aucun souci avec cet aspect, j’étais même curieuse de voir comment JLA allait raconter cette histoire avec des personnages plus âgés ! Et bien, j’ai été un peu déçue. Ils détiennent des rôles de personnes atteignant la trentaine, mais ils n’en ont pas vraiment les pensées, ni la manière de parler. Cela m’a bizarrement perturbée. Du coup, j’ai plutôt identifié des personnages plus jeunes. J’avais imaginé Brock tellement plus sombre et intense que j’ai été bien surprise qu’il ne le soit pas tellement au final.

Bref, vous me direz, ce n’est qu’un détail. Mais ce détail m’a peut-être vraiment trop perturbée, de sorte qu’au final, je ne me suis pas vraiment plongée littéralement dans cette belle histoire. Je n’ai pas totalement retrouvé la magie JLA. Même si c’était un immense plaisir de retrouver Cam et tous ses amis, de les voir heureux et épanouis, j’en attendais plus de « waouuh ». J’espérais surtout une fin digne des plus belles comédies romantiques et, j’avoue, cela m’a manqué aussi. J’espérais tellement retrouver un final avec tous les personnages. J’ai tourné les pages, en vain.

Mais ce roman reste une très belle histoire, écrite par une auteure que j’adore. L’écriture est toujours aussi addictive ! On ne peut s’empêcher de tourner les pages, et même si j’ai essayé de le savourer le plus possible, j’ai finalement réussi à le dévorer en quelques heures ! Il clôture tout de même très bien cette série que j’aime ! Je suis un peu triste, mais je sais que tous mes personnages ont un destin parfait !

Wait for you #1 : Jeu de patience
Wait for you #2 : Jeu d’innocence
Wait for you #3 : Jeu d’indulgence

4-plumes

Publicités

Papotage #8 : il était une fois, mon arrivée sur la blogosphère

papotage-mon-arrivee-sur-la-blogosphere

Voilà plusieurs jours que j’ai envie d’écrire un article « Papotage », mais trouver une thématique à aborder a été tellement difficile que j’ai fini par tricher (un peu). Je me suis rendue sur le blog de La tête dans les livres qui propose un genre de rendez-vous similaire toutes les 2 semaines, le dimanche. Je trouve ses articles toujours très intéressants. J’ai donc été farfouiller dans ses anciennes thématiques et je me suis posée sur : « Pourquoi j’ai commencé mon blog ? »

Une question bien simple et pourtant tellement complexe à la fois ! En vérité, au départ, j’avais envie d’aborder le sujet dans l’autre sens, pourquoi ne pas commencer un blog littéraire, mais finalement, j’ai préféré rester centrée sur mon propre avis et ma propre expérience.

Certains d’entre vous seraient tout à fait en droit de se demander, « mais pourquoi tient-elle encore son blog alors qu’elle y met les pieds une fois tous les lustres ? » Votre question serait tout à fait légitime, et certains savent également que je me suis déjà posé cette question de multiples fois ! La vérité c’est que le garder me donne comme une certaine force. Vous voyez ? Comme s’il arrivait à surmonter toutes les épreuves (et waouh, Dieu sait qu’il y en a eu ces dernières années). Et malgré tout cela, bébé blog tient le coup ! Et vous savez quoi ? Cela me rend fière !

Car oui, j’ai peu de temps à lui consacrer, c’est le cas depuis des mois, et ça ne changera certainement pas. Mais j’ai arrêté depuis quelques temps de me comparer aux personnes qui arrivent à bloguer pratiquement jour et nuit. Simplement parce que moi, je n’y arrive pas, ou parce que je ne peux simplement pas me le permettre.

J’ai commencé mon blog à une période où j’avais beaucoup de temps à consacrer à la littérature, j’étais en année de passerelle pour l’université, j’avais des cours de base à repasser et très peu d’heures par semaine. A ce moment-là, j’ai découvert Cameron dans Jeu de patience et c’est comme si j’avais besoin de parler du meilleur petit ami du monde à tous ceux (et surtout celles) qui seraient susceptibles de faire sa connaissance, ou de l’avoir déjà fait ! Je pouvais en parler avec mes amies, mais j’avais l’impression que je n’arriverais jamais pleinement à exprimer ce que je ressentais avec elles. J’avais besoin de gens qui me comprennent. Voilà pourquoi j’ai ouvert mon blog. Pas pour la gloire ou pour recevoir des livres (je n’étais même pas au courant que c’était possible en commençant, c’est dire si j’étais et suis toujours une blogueuse amatrice en carton). Mais simplement pour échanger avec des personnes aussi passionnées que moi par la lecture !

Au moment où j’ai commencé, voilà bientôt 3 ans déjà, tout était tellement plus simple. C’est l’impression que j’en ai en tout cas. Tout était plus simple dans ma vie déjà, mais tout était plus facile sur la blogosphère. Chacun échangeait avec bienveillance et amour de la lecture. Des papillons colorés voletaient au-dessus de nos ordinateurs et nous étions tous tellement heureux. Ceci est une blague bien sûr. Ou presque. Tout s’est accéléré en quelques mois, le blogueur littéraire est devenu comme indispensable aux maisons d’édition, comme s’il était devenu un métier en lui-même.

Je n’étais pas prête pour cette accélération. La preuve, je continue à faire mes petits articles, mes petites lectures, mes petits papotages dans mon coin. Et vous savez quoi ? Je ne me sens pas mal pour autant ! Je me sens même beaucoup mieux maintenant, quand j’arrête de me tracasser et de remettre constamment en question ma manière de bloguer ! Parce que je pense que finalement, il existe autant de manières de bloguer qu’il existe de blogueurs ! J’aime me rappeler de temps à autres pourquoi j’ai commencé, pour mon amour de la lecture, de Cam et des autres futurs personnages que j’allais découvrir grâce à mes trouvailles sur d’autres blogs ! Voilà pourquoi, et simplement pour cela.


J’espère que ce petit article vous aura plu !
J’aurais pu tourner en rond encore longtemps, mais je pense que l’essentiel est dit ♥

Belle semaine à tous !

O’Neil Brothers #3 : La douce caresse d’un vent d’hiver – Sarah Morgan

la-douce-caresse-dun-vent-dhiver-sarah-morgan

mon-avis-3

Je dois vous avouer plusieurs choses ! D’abord, cette chronique est prête depuis un siècle, j’ai déjà relu ce roman 3 fois depuis, mais je n’avais pas encore eu le temps de vous la partager. Mes excuses ! Ensuite, pour l’anecdote, j’étais persuadée en terminant le tome 1 que ce roman-ci serait la deuxième histoire car on s’était davantage familiarisé avec Brenna et Tyler dans le premier tome ! Quelle a été ma surprise quand j’ai vu que nous aurions droit à cette histoire en dernier lieu ! J’ai eu le plaisir de découvrir la raison dans la petite introduction de Sarah Morgan en début de roman. Je vous avoue aussi, Tyler a fait boum dans mon cœur dès le premier tome ! Ce bourreau des cœurs qui n’a pas peur de montrer son agacement et dire ce qu’il pense me plaisait vraiment beaucoup !

Bref, je vais enfin passer à l’histoire ou je risque de m’éterniser encore longtemps ! Nous nous retrouvons à nouveau en hiver dans ce nouveau tome, finalement un an après la première histoire. Toute l’équipe de Snow Crystal s’apprête à démarrer la haute saison, la neige commence à tomber sans arrêt et les réservations augmentent à vue d’œil ! Brenna, qui est supposée passer la saison à Snow Crystal afin de  faciliter ses déplacements sur le site se voit contrainte de trouver un nouvel endroit où passer ses nuits. Par hasard, Kayla a la merveilleuse idée de proposer à Brenna d’habiter dans une des nombreuses chambres de la maison que Tyler partage désormais depuis un an avec sa fille, Jess, jeune adolescente. Prise de court, Brenna accepte. Sans savoir que cette décision va changer toute sa vie !

J’ai littéralement dévoré cette histoire ! Moi qui l’attendais comme un enfant attend Noël, j’ai savouré cette lecture dans mon lit, avec un bon thé et une grosse couverture. Je me suis accordé quelques instants de plaisir littéraire entre quelques travaux pour les cours pendant un week-end. Vous le comprendrez, il ne m’aura pas fallu énormément de temps pour en venir à bout.

J’ai adoré tous les aspects de ce roman. Les petits secrets que j’avoue, je n’ai pas vu venir dès le départ ; la relation naissante entre Tyler et sa fille ; la façon que tout le monde a eu de se mêler de l’histoire de Brenna et Tyler, comme s’il était tout vu que ces deux-là devaient finir ensemble, que tout le monde le savait, sauf eux ! J’ai un gros faible pour les histoires d’amitié qui finisse en amour, ce n’est pas la première fois que je craque. Même si ici, l’amitié a été mise entre parenthèse pendant quelques années lorsque Brenna a quitté la ville pour aller travailler avec Jackson en Suisse, on sent que Brenna et Tyler ont partagé énormément de moments pendant leur enfance ! Ces deux-là vont se découvrir d’une tout autre manière lors de ce roman. J’ai adoré qu’ils prennent leur temps, que rien ne soit évident même si j’avoue, j’ai aussi eu envie de frapper Tyler à certains moments ! J’ai eu tellement mal avec Brenna pendant un long moment. Elle qui cache son amour inconditionnel pour Tyler depuis tellement d’années n’ose pas laisser voir ses sentiments, étant persuadée que Tyler ne la voit que comme un frère en plus de ses deux autres ! Vraiment, mon cœur s’est brisé de multiples fois avec le sien ! Personnellement, l’amour à sens unique, je ne connais que trop bien.

On sent tout le poids de la famille O’Neil derrière les deux amis. A la veille de Noël, tous les membres sont assez enthousiastes et on ne peut que percevoir cette bonne humeur au fil des pages !

Bref, j’ai adoré ce roman et je pense qu’il fait vraiment partie de mes préférés ! Je pense que Sarah Morgan est tellement adorable qu’elle joue beaucoup dans la mesure aussi. J’ai rarement vu une auteure aussi gentille, elle répond à toutes les notifications ! Au vu de ce printemps toujours très frais, je ne peux que vous conseiller cette série parfaitement géniale !

ma-3

Confess – Colleen Hoover

confess-colleen-hoover.png

mon-avis-3

Voilà plus d’une année que je ne me suis pas plongée dans un roman de Colleen Hoover. Il faut dire que j’ai eu l’habitude d’être bouleversée par ces lectures et je n’avais pas spécialement envie de me retrouver en déprime livresque ces derniers mois (même si j’ai réussi à y plonger avec d’autres livres mais soit).

Du coup, quand j’ai vu que la série télévisée de Confess était sortie aux Etats-Unis, j’ai eu envie de me plonger dans ce roman. Il faut avouer que la bande annonce (et surtout Owen) faisait très envie ! Je n’ai donc pas pu résister, seulement,…

Avant de vous donner mon avis, je vais commencer par vous en dire un peu plus sur l’histoire, qui doit déjà être bien connue par beaucoup d’entre vous. Nous commençons ce récit dans une chambre d’hôpital avec Auburn, une jeune fille de 15 ans et un jeune garçon qui ne semble plus avoir beaucoup de jours à vivre. Ce début est dramatique, des pleurs, des larmes, du Colleen en puissance. Nous plongeons ensuite cinq ans plus tard et retrouvons la jeune fille dans une nouvelle ville, sur le point d’accepter un emploi d’un jour dans une galerie d’art.

Je vous avoue, je commence cette chronique sans savoir réellement ce que je vais bien pouvoir vous dire de ce roman. J’ai été déçue, tout simplement. Je m’attendais à un roman poignant de notre chère Colleen et je n’ai retrouvé qu’une histoire, somme toute assez peu construite, peu poignante, pas du tout ce que j’ai l’habitude de lire avec elle.

J’ai adoré me plonger dans le monde de l’art et pourtant, je n’ai pas trouvé cet univers assez décrit. Le travail sur les œuvres est tout de même très intéressant, mais il aurait pu être encore davantage poussé afin de donner une certaine atmosphère au roman.

En fait, je m’attendais à plus, plus d’émotions, plus de construction, plus de magie CoHo et je n’ai rien retrouvé de tout ça. L’histoire reste plaisante, je l’ai terminée avec plaisir mais elle ne ressemble en rien à ce que j’ai déjà pu lire précédemment de cette auteure. Le secret final révélé ne m’a même pas éblouie, je m’en doutais un peu depuis le départ étant donné les indices disséminés tout au long du récit.

Cette histoire a également manqué de la plume magique de CoHo. Je trouvais les phrases assez peu travaillées, comme si elles étaient toutes placées l’une à la suite de l’autre sans le liant leur apportant des paillettes CoHo.

Au final, ce roman reste une déception. Si je l’avais lu sans savoir que c’était un Colleen Hoover, je l’aurais peut-être apprécié mais là, j’ai démarré ma lecture avec une telle envie que j’ai simplement été déçue de ne pas retrouver la plume tant appréciée de cette auteure.

3-plumes

Entre mes lèvres, mon clitoris : Confidences d’un organe mystérieux – Caroline Michel et Alexandra Hubin

entre-mes-lèvres-mon-clitoris-Caroline-Michel-Alexandra-Hubin

mon-avis-3

J’avoue, quand j’ai sélectionné ce roman à la dernière Masse Critique de Babelio, je ne savais pas trop si j’oserai le chroniquer sur le blog et en parler de manière générale sur les réseaux sociaux. Ce sentiment de réserve prouve qu’à l’heure actuelle, le plaisir féminin et tous les secrets qu’il cache sont encore bien trop tabous ! Il est temps, aujourd’hui, que tout cela change !  C’est dans cette optique que je me suis dit que j’allais finalement vous présenter ce livre sur le blog. Et quoi de mieux que la journée internationale des droits de la femme pour vous présenter cet ouvrage ? Bon d’accord, le droit à son propre plaisir n’est peut-être pas le combat le plus important à mener, mais il est nécessaire de le mener aussi !

Ce choix de vous en parler s’est éclairé pour plusieurs raisons. D’abord, parce que j’ai trouvé ce livre très bien écrit. Les deux auteurs ont su parfaitement « dédramatiser » un sujet dont tout le monde craint de parler aujourd’hui ! Encore mieux, elles réussissent à en parler avec beaucoup d’humour. Cette écriture légère et pourtant très documentée, apporte ce petit plus à ce livre qui, une fois commencé, est difficile à lâcher ! Je l’ai terminé en deux dimanches après-midi, un vrai bon moment de lecture pour lequel on s’esclaffe même à certains moments !

Ensuite, les recherches et les faits qui éclairent les propos des auteures sont vraiment poussés ! On sent que le sujet a été étudié, que ce n’est pas un livre pour simplement évoquer le sujet, mais vraiment pour le traiter dans son ensemble. Et Dieu sait que le sujet mérite encore de nombreux tomes !

J’ai véritablement appris une foule de choses en découvrant ce livre ! Des faits simples, qui devraient être acquis par tous, et surtout par toutes, comme le fait que le clitoris est en fait relié à l’ensemble du vagin et qu’il participe donc activement au plaisir féminin. Mais aussi que le clitoris a, pendant tout un temps, été presque répudié par les hommes car ils avaient consciences que le plaisir féminin était lié à ce « petit » organe mystérieux. Certains ont même voulu voter son ablation ! Ben oui, tant qu’à faire. (Edit: bien que j’aie étudié cela dans un cours, une petite erreur s’est glissée ici! J’avais oublié que l’ablation du clitoris est toujours monstrueusement pratiquée aujourd’hui à travers l’excision! Je pensais que « seules » les lèvres étaient touchées par cet acte barbare, mes excuses pour cette erreur). On apprend qu’il est encore très (trop) peu représenté sur les manuels scolaires, alors qu’on passe un temps dingue à expliquer l’appareil génital masculin, là où l’appareil féminin est presque réduit à la fonction d’uriner.

Bref, on retrace dans sa globalité toute l’histoire du clitoris. Comment il était perçu à travers les époques, mais aussi comment il est perçu, pas encore à sa juste valeur, actuellement. On apprend une foule d’éléments à son sujet, on approfondit certaines connaissances qu’on pourrait avoir expérimentées ou recherchées seule ou à deux (ou à plusieurs, chacun son truc !) Le mystère du poing G et des nombreuses zones de cette région du corps n’auront plus aucun secret pour vous (ou presque, il reste évidemment toute une part de mystère, chaque femme étant différente, il n’existe aucune recette magique pour atteindre l’orgasme).

Ce livre met également fin au mythe de l’orgasme vaginal et de l’orgasme clitoridien ! Eh oui, mesdames, navrée de vous décevoir (ou pas), mais l’orgasme serait finalement toujours lié au clitoris ! Je vous laisse découvrir l’explication de cette révélation et à toutes les autres que j’espère avoir soulevées avec cette chronique en vous procurant ce livre ! Je suis persuadée que vous avez encore de nombreuses choses à apprendre sur cette zone de votre corps !

Ma (1)

L’académie des âmes abîmées – Thierry Cohen

l-academie-des-ames-abimes-thierry-cohen

mon-avis-3

Il est l’heure aujourd’hui que je vous parle d’un roman qui m’a énormément touchée. Si je vous dis « Thierry Cohen », vous allez dire que vous n’en pouvez plus que je vous parle constamment de lui. Mais sachez que l’auteur a sorti récemment un nouveau roman et que oui, je risque de vous en parler encore longtemps, parce qu’il est tout simplement sublime !

Découvrir un roman de Thierry Cohen est toujours un moment particulier pour moi car je les ai tous toujours beaucoup aimés, j’ai toujours été énormément touchée en plein cœur par cet auteur et les mots, les émotions qu’il transmet dans ses romans.

Quand j’ai vu qu’un nouveau roman sortait, je me suis dit : « il me le faut ». Puis, après m’être renseignée, je me suis rendu compte que l’auteur venait en dédicace dans une librairie à 10 minutes de mon boulot. J’étais dans un état impossible. Je craignais d’y aller car qui n’a jamais eu peur de casser le mythe et l’aura qui entoure un auteur qu’il adore ? Mais en même temps, je ne pouvais pas louper une occasion pareille. J’y suis donc allée et ne vous inquiétez pas, le mythe ne s’est pas brisé, au contraire ! J’ai adoré entendre Thierry Cohen, l’écouter parler de ses autres romans, de cette passion qui l’anime. De l’entendre parler avec tellement de sentiments, presque de l’amour pour ces histoires qu’il a construites. Si vous avez déjà découvert un roman de l’auteur, vous saurez que chaque mot est superbement choisi, que les personnages, souvent brisés sont tous aussi attachants les uns que les autres.

Ce roman ne déroge évidemment pas à la règle vu que nous y découvrons Lana et Dylan, deux jeunes gens que la vie n’a pas épargnés. Les deux adolescents souffrent en silence, de maux physiques ou de maux psychologiques. Tout semble s’acharner contre eux, presque jusqu’au point de non-retour. Heureusement, il existe dans ce monde bien injuste, un établissement prêt à les accueillir : « l’académie des âmes abîmées ». Cet endroit est un mélange de Poudlard et de l’école de rêve dans laquelle on voudrait tous avoir eu la chance d’étudier. Les professeurs y sont soucieux des élèves et prêts à tout pour les sauver de leurs démons. Les camarades de classe ayant tous vécus des choses plus horribles les unes que les autres sont également des alliés de taille dans la reconstruction. Le décor y est presque idyllique.

Bref, si vous avez suivi attentivement le début de ma chronique, vous devez vous douter que l’auteur s’attarde à nouveau sur les brisures des personnages auxquels on ne peut que s’attacher ! Ce roman aborde une dimension psychologique, presque spirituelle. On apprend avec ces nouveaux pensionnaires à se délivrer des maux d’avant pour se concentrer sur l’avenir. On les accompagne dans ce travail au combien difficile !

Encore une fois, j’ai dévoré ce roman en à peine quelques jours ! Le final est insoutenable et on entre dans une partie presque thriller, avec un rythme intense. J’ai été très surprise par le retournement de situation ! Comme quoi, cet auteur arrivera toujours à me surprendre. J’avoue avoir déjà été très surprise par la thématique très Young Adult du roman. Mais j’ai plus qu’adoré découvrir cet auteur que j’apprécie énormément dans ce genre que j’aime beaucoup, mais qui n’a jamais été mon genre de prédilection ! Thierry Cohen apporte un vent de nouveauté sur le Young Adult, et ça fait plus que de bien !

Bref, je ne sais pas trop comment vous parler de ce roman. Je l’ai trouvé particulier, différent de ce que j’avais déjà découvert de l’auteur et pourtant tout aussi bon que les précédents ! J’ai l’impression de ne pas lui rendre justice mais je ne peux que vous conseiller de vous y attarder, de l’acheter, de le lire et vous serez aussi éblouis que moi par cet ouvrage ! Rien que pour ce titre merveilleux, cet ouvrage mérite de trôner dans votre bibliothèque !

Ma (1)

Papotage #7 : Il était une fois, mon rapport à la lecture

rapport-a-la-lecture

Voilà longtemps que j’ai eu envie d’écrire un article sur mon propre rapport à la lecture. Parce que, bien que le blog a fêté ses deux années, je suis amoureuse des livres depuis bien plus longtemps que cela. Je dirais que cette passion est celle qui est présente dans ma vie depuis le plus longtemps.

Aussi loin que je me souvienne, je me vois avec un exemplaire de Martine entre les mains. Alors oui, j’ai dû lire d’autres livres imagés en maternelle, mais c’est avec Martine que je me rappelle avoir commencé la lecture. Si je ferme les yeux et que j’y pense, je revois les magnifiques dessins et les histoires tellement tendres de ces livres. J’adorais découvrir ses aventures toujours aussi passionnantes !

Puis, est arrivé ma première visite à la bibliothèque du village à côté du mien. Quand je pense que les élèves y vont maintenant chaque année en visite, je n’ai pas eu l’occasion de vivre ce moment à mon époque. C’est avec mon papa que j’ai poussé la porte la première fois. J’entends encore les explications de la bibliothécaire à propos des différentes étiquettes de couleurs sur les livres. J’en avais déjà parlé une fois, mais le premier livre avec lequel je suis ressortie de cet endroit est Charlie est la chocolaterie de Roald Dahl. Je n’avais aucune idée que le livre allait être adapté en film, il l’a été quelques mois à peine après ma lecture. Je ne sais pas vous dire combien de livres j’ai emprunté depuis ce jour-là, mais il doit y en avoir un certain nombre (certains deux fois, même !)

J’avais parfois peu de temps pour lire pendant l’année scolaire mais dès que les vacances arrivaient, je commandais des piles de livres aux bibliothécaires qui visaient toujours dans le mile. C’est grâce à elle que j’ai découvert Sophie Kinsella, par exemple. J’ai facilement dû emprunter tous les romans chick-lit des environs ! J’ai même fait lire toute la série de L’accro du shopping à mon papa qui a adoré !

C’est encore une fois ma bibliothécaire qui m’a proposé de découvrir Nicholas Sparks. C’est grâce à elle (et un peu à cause) que j’ai parfois pleuré toutes les larmes de mon corps. Seigneur, qu’est-ce que j’ai vécu toutes ces histoires que j’ai lues ! La dernière chanson est et restera un de mes romans préférés.

Quelques étés plus tard, j’ai commencé à fouiner sur les sites des éditeurs pour trouver de quoi lire (aucune idée si les blogs littéraires existaient déjà, en tout cas, je ne les connaissais pas). Et je suis tombée sur la série Quatre saisons de fiançailles de Nora Roberts. Je l’ai commandé à ma chère bibliothèque (elle l’avait même acheté pour moi !). En attendant que celle-là arrive à bon port, j’ai décidé d’en lire une autre présente là-bas. Du coup, j’ai emprunté le premier tome du Cycle des sept. J’ai encore des frissons rien que d’en parler. J’ai pratiquement fini ce roman en une nuit. J’ai été incapable de m’arrêter tellement j’ai été prise dans cette histoire. Et quelle horreur quand je me suis rendu compte que je n’avais pas emprunté les suites. Oui, ma bibliothèque ouvre 2 jours par semaine. J’étais dans un état. Bref, j’ai attendu avec une impatience monstre que la bibliothèque ouvre, j’ai prié sur le chemin que personne n’ait commandé les suites durant les quelques jours d’attente. Mais elles étaient bien là. Il m’a fallu seulement quelques heures pour les dévorer ! Qu’est-ce que j’ai aimé cette trilogie !

Nicholas Sparks et Nora Roberts sont deux auteurs qui ont, sans aucun doute, forgé la romantique que je suis. J’ai pratiquement lu toutes les trilogies de Nora Roberts et tous les Nicholas Sparks (je ne suis pas à jour avec ses dernières sorties, j’avoue !)

thought-catalog-214785.jpg

Pour être honnête, je suis le genre de fille que les camarades de classe adorent détester parce qu’elle est super contente à l’annonce des livres qui vont être lus pendant l’année scolaire. Je me rappelle, comme si c’était hier, le sentiment tout particulier qui m’a envahie quand j’ai commencé à lire La nuit des temps de Barjavel ! J’en ai encore des frissons ! Alors que tout le monde pestait de devoir lire cette brique, moi, je ne pouvais plus m’arrêter. Ce livre reste un des romans qui m’a le plus marquée ! Le sentiment serait peut-être tout différent aujourd’hui. En tout cas, j’ai très peur de le relire parce que ça fait plus de 10 ans et que je crains vraiment de casser cette magie particulière qui encadre ce roman pour moi !

Plus tard, j’ai également eu une phase Maxime Chattam. Je me vois encore me rendre en stage avec ses briques dans mon sac et dévorer ses livres pendant la pause de midi ! Pas très sociable, la fille. Mais difficile de rivaliser avec le suspens de Maxime Chattam, soyons honnêtes !

Puis, j’ai découvert le monde de la blogosphère. C’était il y a trois ans, je ne sais plus vous dire quel blog j’ai visité en premier, mais je me rappelle y avoir entendu parler de New Adult. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à en dévorer à la pelle. Quelques semaines plus tard, j’allais en librairie et j’achetais Jeu de patience. Dois-je vraiment encore vous raconter tout mon amour pour Cam ? Quoi qu’il en soit, toutes ces lectures romantiques m’ont donné envie, moi aussi, de partager mes avis sur ces romans. Du coup, j’ai décidé de sauter le pas en juin 2015. Depuis, j’ai varié mes lectures au gré de mes pérégrinations sur la blogosphère. J’ai ainsi découvert des romans de toutes sortes que je n’aurais certainement jamais découvert sans mon inscription !

Bien des années après ces premiers romans que j’ai découverts, je suis toujours autant amoureuse de la littérature et des livres. J’aime découvrir d’autres genres, d’autres auteurs, d’autres styles. C’est grâce à tous ces romans très différents que je suis devenue la lectrice que je suis aujourd’hui ! Et j’ai hâte de continuer, encore et encore, à forger mon caractère de lectrice (ça existe ça ?)


J’espère que ce petit article vous aura plu !

N’hésitez pas à me raconter vous aussi quels sont ces romans qui vous ont touchés depuis que vous avez commencé à lire ♥

Le livre de Joe – Jonathan Tropper

le-livre-de-joe-jonathan-tropper

mon-avis-3

Voilà longtemps, très longtemps que j’ai envie de vous proposer mon avis sur ce roman qui est certainement un de mes préférés de tous les temps. Lire un livre de Jonathan Tropper est toujours pour moi, synonyme d’un moment particulier. Je ne peux jamais m’empêcher de m’esclaffer lors de certains passages pour ensuite me retrouver au bord des larmes quelques minutes plus tard. Rare sont ceux qui ont le don de me mettre dans cet état !

Cette fois-ci n’a évidemment pas dérogé à la règle. Bon je vous avoue, ce roman est une relecture, mais je tenais tellement à vous en parler car il fait partie, pour moi, de ces romans qui ne s’oublient pas et qui vous suivent tout au long de votre vie. Bon, soyons honnêtes, j’ai lu ce livre il y a plus de 4 ans je pense, donc je ne peux pas encore promettre que je m’en rappellerai dans une dizaine d’années, mais peu importe, jusqu’à maintenant, ce livre a énormément compté pour moi. Surtout que je suis tombée sur lui (et sur cet auteur) totalement par hasard en le piochant à la bibliothèque ! C’est dire si nous étions destinés à nous retrouver.

« Le Livre de Joe » est l’histoire de Joe (haha) qui, une dizaine d’années après sa sortie du lycée, a décidé d’écrire un livre sur sa jeunesse dans la petite ville de Bush Falls. Ce roman autobiographique s’avère être particulièrement injurieux pour certaines personnes importantes de la ville. En effet, Joe n’a pas hésité à y raconter tous ses secrets, ceux-ci étant particulièrement difficiles à accepter pour certaines personnalités de la ville. Joe n’a pas remis un pied là-bas depuis 17 ans lorsqu’il est obligé d’y revenir, son père étant sur son lit de mort. Son retour va être très loin d’être un long fleuve tranquille, croyez-moi !

Je ne peux que partager l’avis de Charlotte Roux (Page des Libraires) qui écrit en quatrième de couverture : « Mélanger ainsi humour et nostalgie est une prouesse rare, un vrai délice ! ». Parce que ce roman est vraiment un vrai délice. Les bonds dans le temps qui nous éclairent quant aux événements présents sont remplis de nostalgie, on entendrait presque la vieille radio de l’époque chanter les tubes de Billy Joel et Phil Collins. Les mots sont toujours choisis avec une précision parfaite par Jonathan Tropper. Je ne vais plus m’étendre plus que nécessaire sur ses prouesses, vous savez déjà comme j’aime ce qu’il fait.

Ce que j’aime particulièrement dans les romans de Jonathan Tropper, c’est qu’il nous décrit sans aucune gêne des personnages parfaitement imparfaits, qui ont des failles, des défauts mais qui ne les rendent que plus humains encore. Ils font des erreurs, mais qui n’en fait pas ?

J’ai l’impression que ce roman est écrit par et pour les fans de Bruce Springsteen ! Déjà que deux citations de ses chansons ouvrent le roman mais en plus, on retrouve ses paroles tout au long de l’histoire étant donné qu’un des personnages est un fan invétéré de l’artiste. Ce livre s’écoute avec deux albums dans les oreilles. N’hésitez pas à vous passer « Born in the USA » et « Born to run » si vous décidez de lire ce roman. Lire ce livre, c’est comme écouter une chanson de Bruce qui durerait des heures ! Les mots, les phrases, ont une signification toute particulière quand on connait un peu le travail de Springsteen ! Bref, vous l’aurez compris, voici une raison principale à mon adoration pour cette histoire étant donné que je suis moi-même une fan invétérée du Boss (que j’ai vu 2 fois en concert) !

J’ai pris soin de ne pas trop vous en raconter sur l’histoire parce que je veux vous laisser tout le loisir de découvrir ce sublime roman si l’envie vous vient. Si je ne devais recommander que quelques romans à lire absolument dans une vie, je proposerais sans aucun doute celui-ci ! A bon entendeur !

Ma (1)

Sunday Music – One Tree Hill

Sunday (1)

Si vous me suivez sur les réseaux, particulièrement sur Twitter, vous n’êtes pas sans savoir que je suis une grande fan de One Tree Hill ! J’ai acheté 3 saisons en DVD à mon arrivée à Paris, pour me remonter le moral quand c’était un peu difficile d’être loin de tout. Aujourd’hui, j’ai eu envie de revenir sur ces chansons et ces artistes que j’ai découverts grâce à cette merveilleuse série !

Bonne écoute ♥


They’ll never know – Ross Copperman ♥

For blue skies – Strays don’t sleep ♥

Halo – Bethany Joy Lenz ♥

Belief – Gavin DeGraw ♥

Huddle formation – The Go! Team ♥ Juste parce que j’adore cette scène !

I don’t wanna be – Gavin DeGraw ♥ Parce que cette chanson quand même !


Bon, c’était clairement impossible de choisir seulement quelques chansons ! Mais je ferai d’autres Sunday Music sur One Tree Hill, parce que je peux clairement faire une sélection pour chaque saison !

Bon dimanche à tous 

Dating you, hating you – Christina Lauren

dating-you-hating-you-christina-lauren

mon-avis-3

Voilà des mois que je n’ai pas terminé un roman en me disant que j’ai très envie d’écrire mon avis directement après la dernière page. Voilà longtemps que je n’avais simplement plus eu autant envie d’écrire une chronique tout court. Et enfin ! Ce moment est revenu. J’ouvre mon ordinateur et c’est comme si mon avis avait simplement envie de ressortir.

Le dernier roman de Christina Lauren est sorti il y a plusieurs mois maintenant. J’avais très hâte de retrouver ce duo d’auteur que j’aime tant. Je n’ai que très rarement été déçue par leurs romans. J’ai toujours adoré suivre leurs histoires, toujours très addictives avec cette pointe de piquant qu’on aime retrouver dans ce genre littéraire.

Ce roman n’a pas manqué de me donner cette même impression, bien qu’il soit sensiblement différent de ce qu’elles ont pu nous proposer plus tôt. Nous entrons avec Evie et Carter dans le monde des paillettes d’Hollywood et plus particulièrement des agents d’artistes. Evie et Carter sont deux êtres que tout rapproche. Ils aiment leur boulot plus que tout et ne vivent pratiquement que pour lui. Il ne laisse que très peu de place à leur vie personnelle. Vous l’aurez compris, ils sont tous deux célibataires. Mais une soirée organisée par des amis communs risque bien de les rapprocher. Sauf qu’à Hollywood, les retournements de situation ne sont jamais très loin. Et ils se pourraient bien que les deux tourtereaux en devenir soient amenés à se battre pour le même job !

J’aime beaucoup les histoires qui se déroulent dans ces atmosphères d’entreprise. Et j’aime encore plus les histoires où les femmes ne sont pas de « simples » secrétaires et où elles exercent leur job à l’égal des hommes. Je n’ai rien contre les secrétaires, vous vous en doutez. Mais j’en ai un peu marre du patron riche et beau à se damner qui tombe amoureux de la timide secrétaire. Bref, sachez qu’Evie se fait surnommer Evil, et est donc loin de se laisser marcher sur les pieds. Je les ai simplement adorés, elle et son panache. Quant à Carter. Ahhh Carter. Le beau brun en costume dont on rêve toutes ! Il est à croquer.

J’ai adoré ce jeu qui nait entre les deux. De fait, se battre pour le même poster va les amener à se déclarer la guerre et tous les coups seront permis. Des situations qui ne pourront que vous faire sourire. L’histoire construite autour du couple à toute son importance et n’est pas seulement là pour servir la romance qui se crée. J’ai particulièrement aimé cet aspect !

J’ai enfin retrouvé cette sincérité dans le caractère des personnages que j’avais un peu perdue depuis quelques temps. Je les ai trouvés authentiques, comme si finir ensemble était simplement juste.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce roman. Même si je l’ai trouvé assez différent des autres séries plus sexy des deux auteures, j’ai vraiment trouvé l’histoire intéressante. Découvrir l’envers du décor du monde des paillettes était vraiment sympa. J’ai été prise dans le fil et je l’ai dévoré en deux jours. Je ne sais pas ce qui me retient de lui attribuer 5 plumes, mais quelque chose fait que je n’y arrive pas. Peut-être le fait que j’ai déjà attribué des coups de cœur à certains romans du duo et que je préfère me modérer. Je n’en sais trop rien. Mais j’ai vraiment passé un super moment avec Evie et Carter !

4-plumes