Le choix d’une vie – Alia Cardyn

le-choix-dune-vie-alia-cardyn

mon-avis-3

Il y a quelques semaines, j’ai été contactée, ainsi que quelques autres blogueuses belges par Marine du blog A touch of blue marine. Marine nous proposait, comme l’année dernière, de découvrir le roman d’Alia Cardyn, unique auteure belge publiée chez Charleston. Ayant adoré le premier roman d’Alia, je n’ai pas hésité une seconde à accepter la proposition.

Lorsque j’ai trouvé le roman à mon retour de Bruxelles, je n’ai pu m’empêcher de le commencer immédiatement. Je dois dire que j’ai bien fait ! Cette lecture a été une pure merveille, sincèrement ! J’ai passé un instant hors du temps, comme sur un petit nuage. Impossible de le lâcher une fois commencé et malgré ma recherche de boulot assez chronophage, je l’ai terminé en quelques jours à peine !

L’histoire de Mary m’a touchée, au plus profond de moi. Cette jeune demoiselle se voit annoncer un verdict fatal. Il lui reste à peine quelques mois pour concevoir un enfant. Toutefois, Mary est célibataire et n’a encore jamais eu l’occasion de se poser la question de « quand, où, avec qui » procréer ! La jeune fille refuse de laisser passer sa seule et unique chance, elle décide de faire appel à la procréation médicalement assistée.

Voilà des années que moi-même j’en plaisante avec mes amies, vous savez, faire un bébé toute seule, comme dans la célèbre chanson du maître Jean-Jacques. J’ai toujours pensé que je ne trouverais jamais un homme avec qui arriver à ce stade et que je mettrais toujours ma carrière professionnelle en avant (qui est au néant absolu pour l’instant, mais soit !) et que si j’en ressentais le besoin, je ferais « un bébé toute seule ». J’ai encore beaucoup de problèmes à régler avec moi-même, vous en conviendrez !

Néanmoins, voilà le premier roman que je découvre où ce sujet est traité. En tout cas je n’ai souvenir d’aucun autre. Et quelle manière de le traiter ! Alia nous raconte l’histoire de Mary en la mêlant parfaitement à celles d’autres personnages, indispensables au développement du récit et tellement touchants, chacun à leur manière. J’ai adoré la façon dont les protagonistes se partagent le roman, tantôt sous forme de lettres, tantôt en écrivant dans un journal intime, tantôt de manière directe. Bref, tout est réuni pour donner une vie particulière au récit. La façon de raconter d’Alia est propre, pure et fragile à la fois, comme si un petit oiseau avait pris la plume pour nous conter une histoire. Tout y est subtil et beau. Juste beau.

Les personnages sont aussi vrais que vous et moi ! Leurs sentiments, leurs pensées, leurs doutes s’intègrent parfaitement aux diverses personnalités proposées. L’auteure nous emmène sur un sentier final qui semble couler de sources, mais elle emprunte tellement de routes insoupçonnées pour y arriver qu’on ne peut qu’être surpris(e) par la tournure des événements. Aucun élément n’est laissé au hasard. Bien que le voyage s’étende sur 20 ans, je n’ai subi aucune gêne ! Au contraire, ce déroulement s’intègre parfaitement au récit tout particulier que nous propose l’auteure.

Alia Cardyn confirme sa place de choix dans mon panel d’auteurs favoris. Elle réussit un doublé de coups de cœur avec ce second roman, fait qui a rarement été égalé ! L’écriture et l’originalité du récit ne pouvaient que me ravir. Il me reste seulement à vous recommander de lire cette perle, ne passez pas à côté ! Il me reste maintenant à attendre avec impatience la sortie d’un troisième ouvrage !

Ma (1)

Publicités

Juste quelqu’un de bien – Angéla Morelli

juste_quelquun_de_bien-angela_morelli.png

mon-avis-3

Je vous parle aujourd’hui d’un roman qui m’a laissée… perplexe. Je vous explique cela comme il se doit.

Tout d’abord, je remercie NetGalley pour m’avoir permis de découvrir cet ouvrage. Même si cette lecture sera ma seule et unique expérience avec la plateforme. L’idée est géniale, mais je ne peux décemment pas me battre pendant des heures avec les ebooks et les DRM pour arriver à lire un ouvrage. Bref, c’était mon instant petit coup de gueule qui n’en est pas vraiment un.

Alors, parlons plus en détail de cette lecture que je me réjouissais beaucoup de découvrir. Je n’avais encore jamais lu Angéla Morelli, mais il me tardait vraiment de pouvoir le faire. En tant qu’auteure francophone publiée chez HQN, je ne pouvais pas la manquer !

J’ai donc commencé cette lecture avec une envie particulière d’histoire romantique, toute douce. Dès les premières lignes, je me suis dit que cette histoire me plaisait. Cette dernière débute plusieurs années avant l’époque réelle du roman. A savoir que les protagonistes sont des adolescents. Ils sont ensuite de jeunes adultes puis de futurs trentenaires. J’ai beaucoup aimé découvrir l’histoire de Bérénice et Aurélien à travers les époques. Cette narration m’a rappelé un de mes romans préférés, Un jour de David Nicholls (dois-je vraiment vous présenter ce livre magnifique ?) et j’étais donc très emballée par l’idée.

Mais, au final, je n’ai pas été autant transportée que je l’aurais cru. Dès les premières lignes, il m’a manqué un petit quelque chose pour arriver à me fondre totalement dans les lignes. Peut-être que davantage de mises en contexte m’auraient aidée ? De fait, quand l’histoire se pose enfin dans l’époque du roman, j’ai eu du mal à me plonger dedans. Pourtant, je la trouvais tellement intéressante. Une jeune femme, presque allergique à l’amour, qui n’arrive à s’ouvrir à personne. Ca vous rappelle quelqu’un ? Mouais, on dirait moi !

Pourtant, et c’est là que ma contradiction est ultime, j’ai dévoré cette histoire en une journée ! Donc, je vous avoue, j’ai du mal à comprendre. Autant il me tardait de découvrir quel serait le destin des deux personnages que le destin a constamment essayé de séparer, autant j’arrivais à presque m’ennuyer à certains moments. Comment vous pouvez expliquer cette situation, vous ?

Vous comprenez maintenant pourquoi je ressors un peu perdue de cette lecture. Il m’a fallu plusieurs jours pour arriver enfin à poser des mots dessus et en faire une chronique. Peut-être ce roman était-il trop profond pour moi, trop intense, trop rempli de remises en question constantes ? Moi qui suis moi-même à un tournant de ma vie, j’y ai peut-être vu ce que je ne voulais pas voir…

En outre, l’atmosphère parisienne m’a parfois un peu gênée, je dois l’avouer. Pourtant, l’auteure arrive a parfaitement décrire cette manière de vivre dans la capitale française. Je n’y ai jamais vécu, mais je trouve l’atmosphère très ressemblante à ce que mon imagination me décrit. Il y a aussi ce préjugé sur les Parisiens qui persiste, et bon, ce ne sont pas les gens qui me donnent le plus envie de les découvrir ! Pourtant, une de mes meilleures amies est parisienne donc ne vous formalisez pas, amis français ! Mais cette caractéristique du roman a peut-être également joué sur ma retenue.

L’histoire est pourtant très bien racontée, les personnages sont attachants. Certains situations sont vraiment drôles, d’autres sont plus intenses. On passe véritablement par plusieurs émotions durant cette lecture. Mais je reste indéniablement sur ma faim. Je continuerai à découvrir l’auteure sans me poser de question ! Je pense juste que cette lecture n’est pas arrivée au bon moment dans ma vie d’amoureuse des livres.

3-plumes

Je peux très bien me passer de toi – Marie Vareille

je-peux-très-bien-me-passer-de-toi-marie-vareille

mon-avis-3

Quel agréable moment je viens de passer avec Chloé et Constance ! Je vous avoue, je me suis assise il y a deux jours devant ma petite PAL de romans en format poche de mon appartement (oui, parce que j’ai plusieurs PAL, celle de ma liseuse, celle de mon appart, celle de chez mes parents,…). Du coup, me voilà assise devant cette petite pile à me demander de quelle humeur je suis en ce moment. La réponse à cette question a été compliquée à trouver car peu de choses me plaisent ces derniers jours, je n’arrive pas à m’accrocher à un roman, j’ai l’impression de lire en surface sans rentrer pleinement dans l’histoire. Du coup, j’ai opté pour Je peux très bien me passer de toi parce que j’avoue, le titre me parlait beaucoup et que j’étais curieuse de voir ce qui se cachait derrière !

Je me suis lancée un vendredi soir dans cette histoire (telle une mamie dans son lit avec son petit plaid) et je l’ai dévorée, tout simplement. Ca faisait tellement longtemps que je n’avais pas lu une histoire de fille. Aucun jugement de valeur ici, nous sommes au-delà de la chick-lit (que j’adore aussi !) mais nous avons droit à une histoire qui met en valeur des personnages féminins qui parleront sans aucun doute à toutes les demoiselles de la planète. Pour vous dire, j’ai retrouvé un peu de moi dans Chloé et dans Constance. C’est dire si je suis un être compliqué !

Bref, venons-en un peu à l’histoire. Chloé est empêtrée dans une pseudo histoire d’amour à sens unique tout en continuant à coucher avec de nombreux mâles quand cela lui chante. Constance, quant à elle, est plus réservée, elle croit au grand amour et n’a pas eu de relation depuis plus de deux ans. Désireuses de changer de vie, les deux filles vont sceller un pacte. Chloé devra partir dans un vignoble afin de s’isoler de la Capitale et enfin s’arrêter d’approcher tous les hommes de la Terre. Quand à Constance, elle devra s’engager à se lâcher et coucher avec un homme le premier soir.

Comme je vous l’ai dit, je me suis totalement retrouvée dans certaines facettes de chacune d’elles, du coup, impossible de ne pas s’attacher. Tous les personnages ont une personnalité bien travaillée qui les rend humains, ils font des erreurs, ils s’empêtrent dans des histoires pas possibles et on a simplement tellement envie de les aider. Mention spéciale pour Sophie, la fille de Charlotte, amie des deux protagonistes, qui est tout simplement trop chou !

Autre point positif, on voyage dans ce roman. Et vous savez comme j’aime les romans qui nous emmènent ailleurs, encore plus quand ils le font avec le sourire ! Comment ne pas rire pendant le voyage de Constance à Londres et ses photos Instagram ? Sérieusement !

J’ai adoré la morale de l’histoire. L’auteure a réussi à me montrer que oui, on peut très bien se passer  de quelqu’un, il suffit de s’en donner les moyens. Il est temps que j’en fasse de même !

En résumé, j’ai passé un excellent moment avec ce roman. Je ne m’y attendais pas du tout, malgré tous les bons échos que j’ai pu lire sur cet ouvrage. J’avais peur de le commencer et d’être déçue, et pour une fois, ça n’a pas été le cas. Je vous le recommande chaudement. Il sied particulièrement à ce début de printemps, il s’adapte parfaitement aux beaux jours !

4-plumes

Petits secrets, grands mensonges – Liane Moriarty

petits-secrets-grands-mensonges-liane-moriarty

mon-avis-3

Je le savais ! J’avoue, j’avais peur, surtout de commencer ce roman mais au fond de moi, je le savais. Alerte coup de cœur, je vous préviens.

Je crois que Liane Moriarty est devenu une de mes nouvelles valeurs sures, avec deux romans et deux coups de cœur, elle a réussi à faire fort ! Peu y sont arrivés avant elle. Notons, Thierry Cohen ou Jonathan Tropper. Parce que je dois avouer, même mes chaleureuses auteures comme Samantha Young ou Jennifer L. Armentrout ont réussi à parfois un peu me décevoir. Bon il est vrai que Liane n’en est qu’à deux romans dans mon petit cœur, mais c’est déjà très bien !

Comme je vous l’ai dit, j’avais peur de commencer ce roman. Si vous me suivez depuis quelques temps, vous savez que Le secret du mari, que j’ai lu dans le cadre du prix des lecteurs du Livre de Poche, a été mon énorme coup de cœur de la sélection et que je pleure encore qu’il ne soit pas allé plus loin. Je l’ai même choisi comme coup de cœur de l’année 2016, c’est dire si je l’ai aimé !

J’avais été bouleversée par Le secret du mari, complètement incapable de reprendre un livre en main pendant plusieurs jours. J’avoue, la sensation est quasi pareille à la fin de Petits secrets, grands mensonges. Oui, je suis à nouveau subjuguée, étonnée, contrariée de ne pas l’avoir vu venir. Etant donné que cette chronique arrive bien après ma lecture, je peux vous assurer qu’il a réussi à me mettre dans une belle dépression livresque. Je n’ai rien su lire pendant des jours, voire semaines ! J’ai donc été simplement à nouveau bouleversée par un roman de cette auteure !

J’ai trouvé l’histoire extrêmement bien menée ! Nous entrons directement dans le vif du sujet, nous savons qu’un meurtre a eu lieu, quelqu’un est mort, mais qui ? Où ? Quand ? Il semblerait que nous serons amenés à patienter longtemps avant de connaître le fin mot de l’histoire ! Une enquête policière est en cours étant donné que des parties d’interrogatoires nous sont dévoilées à chaque début de chapitre. Cela ajoute sans aucun doute une pointe de suspense !

Avec Petits secrets, grands mensonges, on replonge dans l’univers particulier de Liane Moriarty, cette atmosphère à la Wisteria Lane, dans une banlieue australienne. J’avais déjà beaucoup aimé cet univers dans Le secret du mari, et c’est encore le cas ici. Alors pour les lecteurs qui ont lu Le secret du mari et qui ont peur de retrouver la même histoire, ne vous en faites pas, il n’en est rien. On retrouve du suspense et de la tension parfaitement disséminés, des personnages extrêmement bien travaillés et un trio qui devrait vous toucher, en tout cas, j’ai eu des frissons à découvrir l’histoire de Jane, Madeline et Céleste ! Mais aucune copie conforme au premier roman, rassurez-vous !

Sérieusement, ce livre m’a à nouveau tellement touchée que j’ai l’impression d’être incapable d’en parler, de lui rendre suffisamment hommage. Je suis subjuguée par ce talent de l’auteure à nous emmener dans une histoire où il ne se passe pourtant pas une foule de choses extraordinaires mais qu’on n’arrive tout simplement pas à quitter !

Pour ceux qui préfèrent le visuel, sachez que cet ouvrage a été adapté en série et que je suis absolument subjuguée du résultat ! Il faut avouer que le casting est époustouflant. Mais je suis très enchantée de retrouver l’âme particulière de ce roman. N’hésitez pas à la découvrir, tapez Big Little Lies !

Bref, je vous conseille ce roman, comme je vous avais déjà conseillé Le secret du mari ! Je sais que l’écriture de Liane Moriarty est particulière, qu’elle plait totalement ou pas du tout, mais vous pourriez être surpris ! Malgré les avis négatifs, je continuerai à conseiller cet ouvrage pour sa différence justement, pour sa singularité qui le rendent si unique.

Ma (1)

Lovely Planète – Mirelle HDB

lovely-planete-mirelle-hdb

mon-avis-3

Quel agréable moment de lecture je viens de passer ! Je remercie chaleureusement Mirelle pour l’envoi de son roman. Comme vous le savez certainement maintenant, j’écris mon petit mémoire sur l’auto-édition. J’ai lancé un appel sur Twitter à la recherche d’auteurs auto-édités intéressés par une petite interview. J’ai été plus que surprise par le monde qui m’a répondu positivement mais aussi de la grande gentillesse dont tous les auteurs ont fait preuve !

J’ai donc eu la chance de pouvoir déjà discuter avec Mirelle sur Skype et de lire son roman et laissez-moi vous dire que je suis vraiment ravie de m’être laisser tenter !

J’ai beaucoup aimé ce roman car il est très original, et ce, à plusieurs niveaux. Il présente d’abord des personnages aux prénoms on ne peut plus inattendus, aspect très cher à l’auteure qui possède elle-même un prénom très original. Ensuite, il présente une trame que j’aime particulièrement vu que nous suivons les personnages, qui ne sont à première vue pas liés les uns aux autres, mais qui finissent par l’être. Je ne sais pas si vous me suivez toujours ? Disons que ces personnages vont être amenés à se rencontrer l’un l’autre grâce à un livre qui va être transmis de mains en mains. Ce livre va leur apporter la sagesse dont ils ont besoin pour être véritablement eux-mêmes et arrêter de se cacher derrière des apparences trompeuses qui ne leur ressemblent aucunement. J’ai vraiment adoré le concept !

Ce roman est très court, mais il se laisse dévorer en une bouchée ! Je m’y suis plongée, par exemple, en attendant ma maman dans la salle d’attente du kiné et j’ai vraiment été happée par l’histoire. Si bien que, quand elle est ressortie du cabinet, je n’avais pas du tout vu le temps passer !

Après avoir discuté avec l’auteure, j’ai appris qu’elle avait beaucoup voyagé ! Et cela se ressent parfaitement dans son histoire. On voyage avec elle, à travers les yeux de ses personnages. Je me suis retrouvée à Berlin quand j’y étais il y a quelques mois et au Canada quand j’y étais il y a une dizaine d’années !

L’écriture est vraiment rafraîchissante, les mots se suivent avec simplicité. Ce roman était véritablement une jolie découverte ! Laissez-vous tenter, vous pourriez être surpris !

4-plumes

Le secret du mari – Liane Moriarty

le_secret_du_mari-liane_moriarty

Coup de cœur

résumé5

Jamais Cecilia n’aurait dû lire cette lettre trouvée par hasard dans le grenier. Sur l’enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : « À n’ouvrir qu’après ma mort ». La curiosité est trop forte, elle l’ouvre et le temps s’arrête… À la fois folle de colère et dévastée par ce qu elle vient d’apprendre, Cecilia ne sait que faire : si elle se tait, la vérité va la ronger, si elle parle, ceux qu elle aime souffriront. Lire la suite

Une vie à t’attendre – Alia Cardyn

une_vie_a_t_attendre-alia_cardyn

résumé5

« Je suis petite, si petite dans ces lieux silencieux. Je connais la nature des silences et celui-ci n’est pas bon. Il est le dernier souffle d’une maison qui s’est vidée, précipitant ma perte. Je les appelle et en réponse, ce silence implacable. Où sont-ils ? Je m’apprête à poser le pied sur cette marche mais j’ai déjà compris. Dans quelques secondes, je cesserai d’être une enfant.»

Qui devient-on dans une vie où des parents disparaissent mystérieusement ? Rose a six ans quand la tragédie se produit. Dans ce quotidien bouleversé, elle grandit avec sa version de l’histoire, qui l’étouffe.

Qui Rose serait-elle aujourd’hui si elle ne pensait pas qu’ils l’ont abandonnée ? C’est la question que se pose celui qui l’a toujours aimée.
À Bali, seize ans après leur disparition, Rose découvre quelques mots sur un carton. Commence alors un périple haletant. Les indices qu’elle va petit à petit accumuler lui permettront-ils de dépasser une enfance brisée ?

Lire la suite