Papotage #10 : Il était une fois, la reconnaissance difficile du blogueur littéraire

papotage10-blogueur-litteraire-reconnaissance

Voilà des jours que j’ai envie d’écrire un article, que cet article tourne depuis bien trop longtemps dans ma tête, qu’il est temps que je le dépose enfin sur papier, enfin, sur écran et clavier. D’un côté, j’ai hésité, car ce retour ne serait que ponctuel et quel intérêt de publier un article pour disparaître à nouveau pendant des semaines ? Et puis, d’un autre côté, on fait ce qu’on veut, non ?

Voilà donc des semaines que j’observe la blogosphère, des semaines que je suis assez silencieuse, mais que ce n’est pas pour autant que j’en oublie de regarder ce qui se passe par ci, par là. Et je dois vous avouer, je suis de plus en plus interpellée par certains comportements, certains messages, certaines réactions.

Vous le savez, cela fait maintenant plus de 3 ans que j’ai ouvert mon blog. J’ai toujours vécu cette expérience sans prétention aucune, simplement avec l’envie de partager avec d’autres ce que je ne pouvais pas spécialement partager avec les personnes de mon quotidien. Puis, j’ai vite appris comment les choses se déroulent sur la blogo. Ou en tout cas, j’en ai pris conscience, parce que je crois que je continuerai toujours d’apprendre. Je continuerai d’apprendre, mais je ne pense pas que je serai un jour « une blogueuse comme les autres ». Beaucoup trop d’éléments me dérangent, particulièrement ces derniers temps.

Quand je suis arrivée sur la blogo, j’ai vite appris certains termes dont je n’avais jamais entendu parler avant. Vous savez, les SP, les partenariats, ponctuels ou réguliers ou annuels,… Au départ, il était question de l’envoi d’un livre et de l’écriture ou non d’un avis, après réception ou des mois plus tard, tout était au choix du blogueur. Depuis quelques temps, je perçois comme une certaine professionnalisation du blogueur littéraire et cela me dérange. Cela ne me dérangerait pas si l’intention venait du blogueur lui-même. Ce qui me dérange, c’est que cette professionnalisation est de plus en plus imposée par les maisons d’édition. Oui, le blogueur littéraire amène des ventes à la maison d’édition et dans ce cas, on aimerait qu’il chronique son livre le plus rapidement possible et oui, on aimerait aussi qu’il n’oublie pas d’en parler sur tous ses réseaux sociaux pour être sûr que toute sa communauté a bien vu ce livre offert gracieusement par la maison d’édition et oui, pour finir, on aimerait aussi qu’un compte-rendu de tout cela soit fait dans les quelques jours qui suivent la publication de l’avis (pas trop tard après la sortie du livre, cela va de soi !)

Vous savez, j’ai l’impression que le blogueur littéraire est devenu un peu comme l’auteur de romans lui-même, à peine reconnu dans son art et pas du tout évalué à sa juste valeur. J’ai comme l’impression que le système de partenariat qui était au départ bon enfant entre les maisons d’édition et les blogueurs commence doucement à dépasser les limites et cela me chagrine beaucoup. En fait, les auteurs, comme les blogueurs ne sont pas reconnus dans ce beau monde littéraire. Bien entendu, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, les auteurs vivent des temps beaucoup plus difficiles que les blogueurs, mais la comparaison s’impose à moi depuis quelques temps et je ne pouvais plus garder cela pour moi.

N’avez-vous pas l’impression que le blogueur littéraire est le dernier blogueur à ne pas être payé pour le travail qu’il fait aujourd’hui ? Oui, j’ose soulever ce sujet qui fait couler tellement de tweets actuellement. Je soulève le sujet parce que de par mon métier, je côtoie des blogueurs régulièrement, et je vois comme cela se passe dans d’autres domaines et je trouve dommage qu’on exige les mêmes conditions au blogueur littéraire qui lui ne sera jamais payé un rond ! En fait, le simple fait d’inclure des conditions me gêne ! Il ne devrait y avoir aucune condition dès lors que le blogueur n’est pas payé ! Quand je vois le travail acharné qu’exercent certains amis-blogueurs par ici, je me dis juste que tout cela est bien injuste ! Voilà où je vois une similarité avec l’auteur qui se bat depuis des lustres pour une rémunération juste de son métier ! Le blogueur littéraire, lui, se laisse juste faire depuis des années.

Je suis désolée, mais quand je vois que certains romans sont envoyés à des webzines ou blogueurs lifestyle, mode et j’en passe et que ces personnes sont rémunérées mais pas les blogueurs littéraires, cela me fait juste mal au cœur pour ceux qui se donnent à fond depuis tout ce temps. Je ne parle même pas de moi, parce que comme je l’ai expliqué au début de cet article, mon blog vit très mal mon entrée dans la vie active et qu’il est et restera certainement un passe-temps quand j’aurai du temps à passer. Pour d’autres, leur blog est déjà professionnel depuis des années, sauf qu’on dirait que la reconnaissance de la part des maisons d’édition ne veut pas suivre.

Au final, j’aimerais juste que tout le monde soit considéré de la même manière et que les maisons d’édition comprennent que non, elles ne peuvent pas demander plus et toujours plus aux blogueurs littéraires sans faire quelque chose dans ce sens aussi ! Je sais que beaucoup d’entre vous estiment tenir leur blog par passion et de ce fait ne pas avoir besoin de rémunération, j’aurais juste envie que personne ne se laisse faire dans ce joli monde qu’est la blogo littéraire et oui, j’aimerais parfois que le blogueur littéraire ait son moment de gloire, lui aussi !


Vous remarquerez que dans cet article j’ai parlé de maisons d’édition de manière générale, loin de moi l’envie d’accabler tous les éditeurs du monde entier. Je ne vais pas commencer à citer des noms, ce n’est pas nécessaire !

Merci de votre attention, et à bientôt ♥

Publicités

6 réflexions sur “Papotage #10 : Il était une fois, la reconnaissance difficile du blogueur littéraire

  1. Carnet Parisien dit :

    Je vais juste rester factuelle, sans entrer dans le débat de « pour ou contre ».
    La différence, c’est que l’impact d’un blogueur littéraire est encore moindre comparée aux autres blogueurs (on est loin des 1M d’abonnés). Les personnes les plus influentes de la blogo littéraire se font payer, c’est quelque chose qui existe et qui est établi. Cependant, tu peux pas prétendre avec 300 ou 3000 abonnés à la même chose que ceux qui en ont 1M.
    Et n’oublions pas que les ME n’ont pas non plus les mêmes moyens que les industries cosmétiques, entre autres.
    Dernière chose : en tant que professionnelle du livre, je croule sous les demandes de SP de gens qui créent un blog juste pour avoir des livres gratuits. Il y a beaucoup de gens qui font ça pour de mauvaises raisons, il ne faut pas l’ignorer…
    Bisous !

    Aimé par 4 personnes

    • Iris Sireadbooks dit :

      Hello 🙂 Merci pour ton passage et ton petit mot ! Tout d’abord, cet article est arrivé totalement par hasard suite au débat d’hier sur le sujet, loin de moi l’envie de ressasser le sujet constamment vu qu’il était prévu dans ma tête depuis quelques temps. Ensuite, j’entends très bien ta remarque et je la comprends. Je croule aussi sous les demandes de partenariats pour le boulot et quand je vois ceux et celles qui osent demander, je me dis que moi aussi j’aurais pu me lancer bien plus tôt haha ! Et puis finalement j’ai décidé d’arrêter vu que je suis tombée sur des ME dont la manière de procéder ne me convenait pas. Ce que je trouve dommage c’est que le seul mot que les gens aient retenu de cet article est le mot « rémunération », mais j’ai l’impression ou en tout cas, j’avais la volonté d’aller plus loin dans la réflexion que seulement « on veut être payés ». D’abord, moi je ne le voudrais pas, comme je l’ai expliqué. Puis jamais je ne me permettrais de parler au nom de toute la blogo entière en disant cela. J’ai juste évoqué le fait que certains blogs me paraissent tellement pro (comparé aussi à ce que je rencontre au boulot), qu’ils pourraient prétendre à une rémunération. Voilà tout !
      En tout cas merci pour ton message et à bientôt 🙂

      J'aime

  2. Popcorn and Gibberish dit :

    Je n’ajouterai rien de plus que ce Mélusine a dit parce qu’elle a regroupé tout ce que je pensais. J’ajouterai juste qu’une ME qui impose des conditions, cela existe de moins en moins et si c’est le cas, elle est dans l’illégalité parce que oui dans ces cas-là le blogueur doit dire : si vous voulez ça, ça, ça et ça alors il faudra me payer.

    Enfin pour les youtubeurs lifestyle qui reçoivent des livres, dites-vous que lifestyle est un terme un peu batard pour parler de tout et de rien dont des livres. Et même si elle ne le lit pas, la ME s’en fout, elle, elle a payé un panneau pub. En rien cela ne se substitue à nous, blogueurs littéraires. Mais oui, arrêtons de nous voiler la face : nous ne touchons pas les mêmes personnes, nous sommes une cible de niche et nous n’avons pas des communautés mirobolantes. Malheureusement. Mais en aucun cas cela veut dire que nous sommes inutiles. Mais il faut comparer cette pub à une pub dans un magazine. Pas plus. Pas moins.

    Maintenant ceux qui veulent être rémunérés, parlez. Ceux qui ne le veulent pas, eh bien ne le soyez pas. Je voudrais juste que chacun puisse faire ce qu’il lui semble juste sans l’imposer à son voisin. 🙂

    Aimé par 6 personnes

    • Iris Sireadbooks dit :

      Hello ! Merci beaucoup pour ton passage et ton petit mot ! Je l’entends bien et le comprends très bien 🙂 Comme je viens de l’expliquer à Mélusine, je n’ai pas du tout eu envie de dire « on veut tous être payés ». Déjà, je ne me permettrais pas de parler au nom de tout le monde et puis moi-même je ne le voudrais pas, parce que justement, je ne me considère pas comme une pro ! Ensuite, je suis un peu triste que les gens retiennent uniquement le mot « rémunération » dans cet article. Je pensais être allée plus loin dans la réflexion et avoir expliqué mon point de vue sur la professionnalisation grandissante du blogueur littéraire selon moi. Apparemment, je me suis mal exprimée. Disons juste que ma pratiquement seule et unique expérience de partenariat avec une maison d’édition me reste un peu en travers de la gorge et que j’avais envie d’en parler. Et que selon moi, la rémunération arrivait à un moment dans la discussion, mais n’était pas toute la discussion. Bref, merci pour ton avis en tout cas, je le comprends tout à fait !
      A bientôt 🙂

      J'aime

  3. rambalh dit :

    Je comprends ce que tu veux dire et, sans entrer dans la monétisation du service apporté par le blogueur, la reconnaissance me semble juste et nécessaire.

    Sur Accros & Mordus de Lecture, on a longtemps effectué des partenariats avec les maisons d’édition. Souvent, je me retrouvais à redistribuer les SP que je recevais pour le forum à mes frais, de très lourds frais pour mon budget étudiant.
    Notre équipe de correction faisait en sorte que nos chroniques ne sortent du forum qu’une fois corrigées, parfaites sur la forme (le contenu restait naturel, simple, au feeling du chroniqueur).
    Et, surtout, lorsque certaines maisons d’édition ont commencé à sélectionner les chroniqueurs par tirage au sort, j’ai dit stop. Stop parce que notre travail bénévole n’était plus apprécié à sa juste valeur. Stop parce que, souvent, je n’avais aucun retour des maisons d’édition sur nos chroniques, parce que les auteurs n’étaient pas toujours prévenus…

    Finalement, le blogueur est effectivement traité comme un salarié alors qu’il s’agit de bénévolat.

    Ceci ne concerne pas toutes les maisons d’éditions avec lesquelles nous avions un partenariat mais ça a suffi à me dégoûter de mon engagement personnel, temporel et financier.

    J'aime

  4. La page en folie dit :

    J’avoue être un peu mitigée sur ce sujet. Je suis d’accord pour monétiser les blogs mais uniquement s’il y a un vrai travail pro et qu’il y a une bonne communauté derrière. On ne va pas se mentir, ce n’est pas rentable pour un auteur ou une ME si le blogueur n’a pas beaucoup d’influence. Malheureusement, c’est un fait et l’influence est primordiale. C’est d’ailleurs pour cela que des blogueurs lifestyle très connus sont rémunérés pour des romans. Ensuite, il faut un statut juridique il me semble pour pouvoir demander une rémunération, et donc être dans la légalité. C’est un grand pas à franchir et il est important d’être sûr de soi avant de se lancer, et ce n’est pas à la porté de tout le monde. Parce qu’ensuite, cela demande encore plus d’engagement auprès des ME et un travail d’une qualité irréprochable, donc aussi des contraintes. Mais tout cela ne concerne que la rémunération, et ce n’est pas l’objectif premier de ton article (que j’ai trouvé très pertinent d’ailleurs).
    D’un autre côté, je ne me sens pas assez légitime pour vraiment donné mon avis puisque les quelques SP que j’ai eu était avec Livraddict, NetGalley ou Simplement.pro. Je n’ai jamais réellement été en contact avec les ME pour les partenariats et ne sais donc pas réellement ce qui en retourne.
    Dans l’ensemble, je suis assez d’accord avec toi. On manque cruellement de reconnaissance, que ce soit de la part des ME ou des auteurs (même si certains s’intéressent vraiment à notre travail, et c’est les meilleurs). Notre centre d’intérêt est très restreint et pas assez connu je trouve. C’est pourquoi les ME se tournent vers des blogueurs/youtubeurs plus renommés, enfin je pense. Ce n’est pas très juste pour le coup, mais c’est la dure loi du blogging.
    Enfin (parce qu’il serait temps de clôturer ce pavé), il ne faut pas oublier qu’on blog avant tout par passion. Si on le fait pour de l’argent ou des SP gratuit, ce n’est pas la meilleure optique. Avant de demander quoi que soit, il faut d’abord faire un bon travail, établir une communauté importante et intéressée et enfin, ne pas se sentir obligé. L’important est d’agir par passion, de rester honnête et de sentir à l’aise de demander d’être rémunéré ou non, sans être jugé. C’est à chacun de faire ses propres choix d’avenir pour son blog et de comment le mettre en avant.
    En bref, je pense que tout travail mérite salaire, certes, mais il ne faut pas oublier que la qualité des articles et de la communauté et l’audience qu’on a doit être privilégié avant tout. Avant de demander d’être payé, il faut avant tout fournir un travail pro. Et puis, on ouvre d’avoir un blog par passion non ? Alors si on n’est pas payé ou qu’on n’a pas de SP, ce n’est pas très important. L’important est avant tout que notre travail serve pour nos lecteurs, les auteurs, les ME… Les SP sont un plus.
    Désolée pour cet énorme pavé et j’espère ne pas trop t’avoir perdue en route. Je pense avoir (essayer) résumé mon idée. C’est peut-être un peu confus mais je suis d’accord pour qu’on ait plus de reconnaissance. En ce qui concerne la rémunération, je suis plus mitigée. Pourquoi pas si on est pro, très influent et avec un statut juridique valide. Mais le but de blogging c’est avant tout le partage, c’est censé être le plus important. A chacun de faire ses propres choix de blogging par la suite.
    En tout cas, merci pour tout article et à bientôt !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s