La couleur des sentiments – Kathryn Stockett

51XBVHwsyaL._SY344_BO1,204,203,200_

résumé5
Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noirs qui font le ménage, la cuisine et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minnie, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Peut-être devra-t-elle s’exiler dans un autre état, comme Constantine, qu’on n’a plus revue depuis que les Phelan l’ont congédiée. Mais Skeeter Phelan, de retour à Jackson au terme de ses études, va chercher à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un mot.

avis
Vous rêvez de vous plonger dans l’Amérique des sixties en plein Mississipi, en apprendre plus sur les habitudes de vie de cette époque, sur la séparation Blancs/Noirs? Ce roman est fait pour vous.

Dans ce récit, nous suivons la vie de deux bonnes de couleur, Aibileen et Minnie ainsi que celle de Skeeter Phelan, une Blanche un peu anti-conformiste. L’histoire se décompose donc en trois points de vue qui sont remarquablement bien écrits. Les changements de vocabulaire, les expressions sont adaptés au personnage qui raconte. L’écriture est extrêmement réaliste ce qui vous plonge dans l’univers en quelques pages.

En effet, Skeeter a subi une éduction bien différente de celle de nos deux bonnes. Elle rentre tout juste de ses études et compte bien exercer un métier qui lui permettra de se faire connaitre non pas en tant que femme de… mais bien pour ses compétences personnelles. Skeeter est rédactrice en chef de La Lettre, le journal local. Elle entend bien poursuivre sur cette voie. Et c’est ainsi que commence la folle aventure littéraire qui va lier nos trois comparses. Skeeter veut devenir écrivain, quoi de mieux que de raconter, grâce à des entretiens clandestins, l’histoire de celles que tous les petits enfants blancs côtoient comme seconde maman.

Skeeter est ainsi très facilement devenue mon personnage préféré. Ses rêves de succès, sa manière de rejeter les idées reçues, de s’établir en faveur de ces bonnes noires et de raconter la vérité au péril de leur vie… Bref, elle m’a touchée en plein cœur.

Attention, Aibi et Minnie sont très attachantes aussi. Chacune son caractère, son humour. Aibi qui, suite à un drame personnel, se jette corps et âme dans son métier jusqu’à considérer les petits enfants blancs dont elle s’occupe comme les siens. Minnie est plus franche et impulsive, ses anecdotes et son humour sont tordants !

Comme je l’ai dit, ce roman dépeint la relation entre Blancs et Noirs, la contradiction qui s’opère dans l’esprit de ces dames blanches qui veulent sauver les petits enfants d’Afrique à coup de soirée de bienfaisance mais qui n’ont aucun scrupule à abuser des services de leur bonne et à parfois la congédier de manière exagérée jusqu’à briser sa carrière.

La relation qui lie ces bonnes aux enfants dont elles s’occupent est très touchante. Surtout celle qui s’établit entre Aibi et Mae Mobley, cette petite fille qui ne bénéficie pas vraiment de l’attention dont elle aurait besoin de la part de sa mère. Aibi devient en quelques sortes sa maman de substitution et les leçons de vie qu’elle lui inculque ne font pas réfléchir que la petite fille. Une relation touchante et pleine de vie dont les scènes parfois drôle, parfois très sérieuse ne vous laisseront pas de marbre!

Aujourd’hui, quand je lui demande ce qu’elle a appris, Mae Mobley répond juste : « Rien.
― Tu l’aimes, ta maîtresse ?
― Elle est jolie.
― Bien. Toi aussi t’es jolie, Mae Mobley.
― Pourquoi t’es noire, Aibileen ? »
J’ai déjà entendu quelques fois cette question dans la bouche de mes autres petits Blancs. Je me contenais de rire, mais aujourd’hui je veux régler ça avec elle. « Parce que Dieu m’a faite noire je dis. Et il y a pas d’autre raison au monde.
― Miss Taylor dit toujours que les enfants noirs peuvent pas venir à mon école parce qu’ils sont pas assez intelligents. »
Je fais le tour du comptoir pour m’approcher. Je lui relève le menton et je lui caresse ses drôles de cheveux coupés tout de travers. « Tu me trouves bête ?
― Non. » Elle chuchote comme pour montrer qu’elle y croit très fort. Elle a l’air de regretter ce qu’elle a dit.
« Qu’est-ce que ça t’apprend sur Miss Taylor, alors ? »
Elle cligne des yeux pour montrer qu’elle écoute bien.
« Ca veut dire que Miss Taylor a pas toujours raison », je dis.
Elle me prend par le cou. « Toi, t’as plus raison que miss Taylor, Aibi. » Je fonds. Ma coupe est pleine. C’est nouveau pour moi d’entendre ça.

Le seul bémol à cette jolie histoire rondement menée est la fin. Le mot qui me vient à l’esprit pour la qualifier ? Brutale. Je m’attendais à en savoir plus sur la suite des événements après la sortie du livre, savoir comment Skeeter s’en sortait à New York. Je voulais tellement que son histoire avec Stuart se termine bien que j’ai été perturbée dès que j’ai tourné la dernière page. Dommage de finir sur cette note alors que tout le reste du roman est merveilleusement bien construit.

4_plumes

Publicités

17 réflexions sur “La couleur des sentiments – Kathryn Stockett

  1. Laura Darcy dit :

    Une très jolie chronique que j’aurais dû lire avant de regarder le film la semaine dernière. Et oui, je suis en retard…
    J’ai adore le film alors j’imagine bien que le livre est tout aussi bon, si ce n’est plus bien entendu. Peut être que dans quelques temps lorsque j’aurais un peu oublié l’histoire, je pourrais tranquillement lire le livre.

    Aimé par 1 personne

    • Iris Sireadbooks dit :

      Oui, ce sera l’occasion de te replonger dans cette jolie histoire 🙂 c’était vraiment une jolie découverte! J’ai regardé le film la semaine dernière aussi! J’ai beaucoup aimé, il est très fidèle au livre, même si on n’a pas les 3 voix évidemment qui apportent un vrai plus au livre..
      Au passage, merci pour ton passage sur Fyctia 🙂 c’est très gentil de ta part!
      A très vite, bises

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s