Changer l’eau des fleurs – Valérie Perrin

changer-l-eau-des-fleurs-valerie-perrin

mon-avis-3

Tout le monde a dû voir l’encensement qui a été fait pour le premier roman de Valérie Perrin, Les oubliés du dimanche. Je n’ai malheureusement parce encore eu l’occasion de le lire. Alors lorsque j’ai vu qu’elle avait sorti un nouveau livre, je n’ai pas pu m’empêcher de vouloir le  découvrir ! Et cette envie a été une des meilleures envies de ces dernières semaines, parce que ce roman est une vraie perle !

Changer l’eau des fleurs est un roman comme il en existe certainement très peu d’autres. Un roman tellement beau que les frissons ne peuvent s’empêcher de vous parcourir à certains moments de l’histoire ! Un roman tellement beau que des personnages détestés dans les premiers chapitres, deviennent compris et pardonnés à la fin de l’histoire. Un roman si beau qu’une fois refermé vous ne pouvez vous empêcher d’y penser, encore et encore. Difficile de passer à autre chose face à un roman aussi beau. Croyez-moi.

Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en commençant ce roman et je crois que la surprise a été au-delà de mes espérances ! Je me suis écriée parfois, j’ai ri, souvent, j’ai eu les larmes aux yeux à d’autres moments ! Disons que ce roman a rendu mes voyages en train bien mouvementés !

L’écriture de Valérie Perrin est de celle que je préfère. Une écriture qui, avec des mots simples, vous décrit tellement de jolies choses. Parfois tristes, émouvantes, nostalgiques, et pourtant toujours si jolies ! Ce genre d’écriture qui vous tord le cœur, qui vous pique les yeux et qui vous fait sourire en l’intervalle de quelques pages seulement. J’ai eu l’impression d’écouter une playlist Spotify spéciale chanson française pendant cette lecture, et qu’est-ce que ça fait du bien ! Un bonheur de redécouvrir toutes ces jolies chansons.

J’écris cette chronique avec « La chanson des vieux amants » de Brel en fond sonore et sincèrement, il n’existe rien de plus beau ! Je n’arriverai jamais à rendre justice à cette histoire. Elle est trop belle, trop tout pour que j’arrive à écrire mon avis avec de simples mots. Je veux simplement vous inviter à lire ce merveilleux roman, qui ne vous laissera pas indifférent ! Impossible de rester de marbre face à une histoire aussi touchante ! Lisez-le !

Ma (1)

Tinder Surprise – Ana Ker

tinder-surprise-ana-ker

mon-avis-3

Je vous propose aujourd’hui mon avis sur Tinder Surprise, un roman dont le titre m’avait vraiment fait sourire lorsque je l’avais aperçu sur les réseaux sociaux d’Albin Michel. Alors lorsque Babelio m’a contacté afin de le chroniquer grâce à une masse critique privilégiée, j’ai sauté sur l’occasion de le découvrir.

J’avoue, je ressors un peu mitigée de cette lecture. Au vu du spitch et du résumé, je m’attendais à une bonne vieille lecture chick-lit avec beaucoup d’humour et de situations cocasses à vous faire éclater de rire. Un roman tel que la série L’accro du shopping quoi. Oui, j’avais mis la barre un peu haut, personne n’égalera jamais Becky dans mon cœur, mais j’avais envie d’y croire. En effet, une jeune femme qui décide de s’inscrire sur Tinder pour trouver l’homme de sa vie en 10 jours devrait se rapprocher de ce genre de livre, selon moi.

Au final, j’ai souri à certains moments, j’ai trouvé certaines situations drôles, d’autres qui ont essayé de l’être mais qui ne m’ont pas vraiment fait éclater de rire. Bref, je crois que ce qui m’a dérangé dès le départ est que l’héroïne, Joséphine Simon, tente de trouver l’âme sœur sur l’application, mais qu’elle s’invente 1001 vies et raconte mensonges sur mensonges à ses prétendants. Du coup, j’ai un peu eu du mal à croire qu’on puisse espérer trouver l’homme de sa vie en lui mentant dès la première conversation.

Je dois vous avouer, j’ai été une candidate telle que Joséphine il y a un an de cela. Je ne voulais pas trouver l’homme de ma vie, je vous rassure, je n’y crois pas ! Mais mon expérience m’a donné envie de découvrir si ses galères avaient été similaires aux miennes. Au final, je ne sais pas tellement pourquoi mais je me suis très peu retrouvée dans ses aventures et j’ai trouvé ça dommage. Pourtant, il m’en est arrivé des histoires cocasses sur cette application, tellement que j’aurais pu aussi en écrire un livre (ou deux, ou dix).

J’ai aussi eu un peu de mal avec la dénomination « copine 1 », « copine 2 », etc. pour appeler ses amies qui n’ont donc pas de prénom. Peut-être que ce moyen est utilisé par l’auteure pour que le lecteur identifie ses propres connaissances dans les personnages mais moi, ça m’a perturbée, je me serais davantage attachée au récit si ces personnages avaient de « vrais » prénoms. Puis j’ai trouvé que ces fameuses copines, qui, dans ce genre de récit sont des personnages assez indispensables à la vie du roman, n’avaient pas de grandes personnalités et n’apportaient pas de plus au roman. C’est très dommage parce qu’avec les miennes, j’ai beaucoup ri (et parfois versé une larme) à raconter mes aventures sur Tinder.

Bon, je m’alarme mais au final j’ai passé un bon moment avec ce roman. L’histoire passe très vite, peut-être trop ? Selon moi, deux rencontres tous les soirs donnaient matière à étoffer davantage le récit. Quoi qu’il en soit, la présentation avec une espèce de fiche des hommes « testés » est sympathique. L’héroïne est gentillette même si j’ai peu apprécié le choix qu’elle fait à un certain moment (ceux qui le liront et me connaissent un minimum reconnaîtront vite l’instant). Bref, on passe un bon moment,  sans prise de tête. Ce à quoi je m’attendais en le commençant, même si j’en espérais un peu plus. Mon exigence est à nouveau intraitable.

3-plumes

Petits secrets, grands mensonges – Liane Moriarty

petits-secrets-grands-mensonges-liane-moriarty

mon-avis-3

Je le savais ! J’avoue, j’avais peur, surtout de commencer ce roman mais au fond de moi, je le savais. Alerte coup de cœur, je vous préviens.

Je crois que Liane Moriarty est devenu une de mes nouvelles valeurs sures, avec deux romans et deux coups de cœur, elle a réussi à faire fort ! Peu y sont arrivés avant elle. Notons, Thierry Cohen ou Jonathan Tropper. Parce que je dois avouer, même mes chaleureuses auteures comme Samantha Young ou Jennifer L. Armentrout ont réussi à parfois un peu me décevoir. Bon il est vrai que Liane n’en est qu’à deux romans dans mon petit cœur, mais c’est déjà très bien !

Comme je vous l’ai dit, j’avais peur de commencer ce roman. Si vous me suivez depuis quelques temps, vous savez que Le secret du mari, que j’ai lu dans le cadre du prix des lecteurs du Livre de Poche, a été mon énorme coup de cœur de la sélection et que je pleure encore qu’il ne soit pas allé plus loin. Je l’ai même choisi comme coup de cœur de l’année 2016, c’est dire si je l’ai aimé !

J’avais été bouleversée par Le secret du mari, complètement incapable de reprendre un livre en main pendant plusieurs jours. J’avoue, la sensation est quasi pareille à la fin de Petits secrets, grands mensonges. Oui, je suis à nouveau subjuguée, étonnée, contrariée de ne pas l’avoir vu venir. Etant donné que cette chronique arrive bien après ma lecture, je peux vous assurer qu’il a réussi à me mettre dans une belle dépression livresque. Je n’ai rien su lire pendant des jours, voire semaines ! J’ai donc été simplement à nouveau bouleversée par un roman de cette auteure !

J’ai trouvé l’histoire extrêmement bien menée ! Nous entrons directement dans le vif du sujet, nous savons qu’un meurtre a eu lieu, quelqu’un est mort, mais qui ? Où ? Quand ? Il semblerait que nous serons amenés à patienter longtemps avant de connaître le fin mot de l’histoire ! Une enquête policière est en cours étant donné que des parties d’interrogatoires nous sont dévoilées à chaque début de chapitre. Cela ajoute sans aucun doute une pointe de suspense !

Avec Petits secrets, grands mensonges, on replonge dans l’univers particulier de Liane Moriarty, cette atmosphère à la Wisteria Lane, dans une banlieue australienne. J’avais déjà beaucoup aimé cet univers dans Le secret du mari, et c’est encore le cas ici. Alors pour les lecteurs qui ont lu Le secret du mari et qui ont peur de retrouver la même histoire, ne vous en faites pas, il n’en est rien. On retrouve du suspense et de la tension parfaitement disséminés, des personnages extrêmement bien travaillés et un trio qui devrait vous toucher, en tout cas, j’ai eu des frissons à découvrir l’histoire de Jane, Madeline et Céleste ! Mais aucune copie conforme au premier roman, rassurez-vous !

Sérieusement, ce livre m’a à nouveau tellement touchée que j’ai l’impression d’être incapable d’en parler, de lui rendre suffisamment hommage. Je suis subjuguée par ce talent de l’auteure à nous emmener dans une histoire où il ne se passe pourtant pas une foule de choses extraordinaires mais qu’on n’arrive tout simplement pas à quitter !

Pour ceux qui préfèrent le visuel, sachez que cet ouvrage a été adapté en série et que je suis absolument subjuguée du résultat ! Il faut avouer que le casting est époustouflant. Mais je suis très enchantée de retrouver l’âme particulière de ce roman. N’hésitez pas à la découvrir, tapez Big Little Lies !

Bref, je vous conseille ce roman, comme je vous avais déjà conseillé Le secret du mari ! Je sais que l’écriture de Liane Moriarty est particulière, qu’elle plait totalement ou pas du tout, mais vous pourriez être surpris ! Malgré les avis négatifs, je continuerai à conseiller cet ouvrage pour sa différence justement, pour sa singularité qui le rendent si unique.

Ma (1)

Que ta volonté soit faite – Maxime Chattam

QUE_TA_VOLONTE_SOIT_FAITES_jaqu_JAQ 140x205

résumé5

Bienvenue à Carson Mills, petite bourgade du Midwest avec ses champs de coquelicots, ses forêts, ses maisons pimpantes, ses habitants qui se connaissent tous. Un véritable petit coin de paradis… S’il n’y avait Jon Petersen. Il est ce que l’humanité a fait de pire, même le Diable en a peur. Pourtant, un jour, vous croiserez son chemin. Et là…

Réveillera-t-il l’envie de tuer qui sommeille en vous ?

Lire la suite

Jules – Didier van Cauwelaert

Van Cauwelaert

résumé5
Zibal est un petit génie. Ses inventions auraient d’ailleurs pu lui rapporter des millions mais tout le monde n est pas doué pour le bonheur et Zibal, malgré ses diplômes, se retrouve à 42 ans vendeur de macarons à l’aéroport d Orly.
Un jour, devant son stand, apparaît Alice, une jeune et belle aveugle qui s’apprête avec son labrador Jules à prendre l’avion pour Nice où elle doit subir une opération pour recouvrer la vue. L’intervention est un succès mais, pour Jules, affecté à un autre aveugle, c’est une catastrophe. Jules fugue, retrouve Zibal et, en moins de vingt-quatre heures, devient son pire cauchemar : il lui fait perdre son emploi, son logement, ses repères. Compagnons de misère, ils n’ont plus qu une seule obsession : retrouver Alice.
Un roman plein de tendresse, mené par un trio digne des plus ébouriffantes comédies hollywoodiennes. Lire la suite