Pause Interview – Alia Cardyn : « Une vie à t’attendre »

Coucou à tous,

Le samedi 10 décembre dernier, j’ai eu la grande chance de rencontrer Alia Cardyn. (Oui je sais, ça fait une plombe, j’en suis affreusement désolée, examens, mémoire, stages, vous le savez, ces derniers mois ont été longs, très longs ! )

Vous vous rappelez ? Je vous avais parlé d’elle au mois de mai à l’occasion de la sortie de son premier roman « Une vie à t’attendre » dont voici mon avis. J’avais eu la chance de découvrir cette très belle histoire en avant-première. Pourquoi me direz-vous ? Et bien parce que Alia est la première belge éditée aux Editions Charleston et que c’est bien connu, les Belges comprennent toujours mieux les autres Belges (ceci est une blague !)

une_vie_a_t_attendre-alia_cardyn

J’avoue, je me rends très rarement à des rencontres avec des auteurs. C’est peut-être bête, mais j’ai toujours vu ces personnes comme des êtres à part, hors du commun, qui me font rêver depuis toute petite et qui donc ne font pas vraiment partie du même monde que moi, jeune fille venant de sa petite campagne belge. Moi, intimidée ? Jamais ! Alors oui, l’ouverture du blog m’a un peu fait grandir à ce niveau. Du coup, quand Alia Cardyn m’a proposé que l’on se voit pour une petite interview lors de sa venue à Bruxelles pour quelques séances de dédicaces, je me suis dit : « Oh mon Dieu, trop génial, j’ai adoré son roman, ça va être trop cool d’en discuter avec elle. » Oui, l’ouverture du blog m’a fait changer, un chouia à ce niveau.

Bref, nous voici donc plusieurs mois après la lecture de ce roman, à la librairie Club à deux pas de chez moi. J’avoue, je suis un peu stressée sur le chemin. J’en ai conscience, j’ai toujours plus de facilité à écrire qu’à parler, surtout avec des inconnus, c’est d’ailleurs pour cette raison que je laisse YouTube loin, très loin de moi (évitons également de citer mon « petit » accent belge qui joue un peu dans la balance).

A mon arrivée toutefois, il m’a fallu environ 2 secondes 50 pour être parfaitement à l’aise aux côtés d’Alia qui semblait contente de pouvoir discuter tranquillement et passer le temps d’attente entre deux dédicaces.

Vous vous demandez maintenant, mais de quoi ont-elles bien pu parler ? Et bien, n’attendez plus pour lire la suite !


♥ Pouvez-vous tout d’abord m’expliquer votre parcours ? Comment vous êtes-vous un jour retrouvée avec une plume (métaphorique entendez-bien) dans la main ?

J’aime me raconter des histoires et j’avais vraiment envie de lire une histoire qui corresponde parfaitement à ce que moi j’aime. Lorsque je commence à imaginer une histoire, je suis directement prise dans le flux des événements et c’est comme si, à ce niveau de développement du récit, je lisais déjà mon propre livre. J’ai commencé  par écrire des livres de développement personnel, comme préparation à la rédaction de mon roman, qui serait alors comme un loisir que je m’autorise, quelques mois de pause sans être sure d’amener mon roman jusqu’à la publication ensuite.

Et j’avoue que l’écouter parler peut facilement nous emporter. Je retiens particulièrement l’histoire de la rencontre et la signature avec les Editions Charleston.

♥ Je me suis moi-même à une époque, attelée à la dure tâche de l’écriture et je n’ai pas pu m’empêcher de rédiger l’histoire d’un personnage féminin qui était, à certains moments, simplement moi. La même couleur de cheveux, les mêmes manières, les mêmes pensées, le même humour. Avez-vous ressenti cela avec votre Rose ? En tout cas moi, je me suis beaucoup retrouvée en votre Rose !

C’est une très bonne question ! D’un côté, ce qui m’amuse, c’est de découvrir quelque chose de nouveau. Pour y arriver, je vais essayer de systématiquement prendre l’opposé de ce que je suis. Rose a, par exemple, à certains moments du livre une patience que je ne pourrais tout simplement pas avoir. Mais afin de rester dans cette fameuse histoire que je me raconte, je trouvais intéressant d’utiliser des traits de caractère que je ne connaissais pas nécessairement et sans savoir directement où ils me mèneraient. D’un autre côté, il est vrai aussi que je m’inspire beaucoup d’émotions particulières que je vis, que ce soit une angoisse ou une tristesse, cela me permet de vivre cette émotion à fond et de reprendre des soupçons qui en proviennent pour faire vivre ces émotions-là à mes personnages. Autrement, j’essaye vraiment de les imaginer assez différents de moi afin de leur faire prendre des décisions que moi-même je ne prendrais pas nécessairement.

♥ Pensez-vous que, à l’instar de « tout le monde peut cuisiner » du maître Gousteau dans Ratatouille, tout le monde peut écrire ? Quelle est votre vision de la mutation qui apparait aujourd’hui dans le monde de l’édition avec ce développement constant des plateformes d’auto-édition ?

Selon moi, c’est comme pour tous les métiers, certaines personnes sont davantage prédisposées à certains métiers. Je pense qu’il est également beaucoup question de volonté. L’écriture est une activité solitaire, il faut accepter d’être seul, face à sa copie, sans nécessairement avoir un retour de qualité. L’écriture est donc un sacré travail de confiance en soi. Il faut se faire confiance et accepter de continuer même si certains jours, notre travail peut nous paraître moins bon. La persévérance et la confiance en soi sont donc très importantes, mais il ne faut pas oublier le côté rêveur ! Cela signifie, selon moi, que les personnes qui n’ont pas ces traits de caractère y arriveront peut-être moins bien. Il ne faut pas oublier qu’une structure, un style sont également indispensables pour percer. Une grande motivation est également indispensable pour arriver à écrire pendant des mois.

♥ Un écrivain doué l’est-il nécessairement aussi pour ses dédicaces ? Je me suis toujours demandé comment vous faisiez pour trouver autant de jolis mots différents à dire à tout ce public qui vient à votre rencontre ?

Rire. Tu fais bien de me poser la question, je me demandais justement comme arriver à écrire quelque chose de plus original parce que j’avoue que pour l’instant, je suis peu inspirée pour l’écriture de mes dédicaces et je me répète malheureusement souvent.

Si vous avez envie d’aider Alia, n’hésitez pas à nous dire en commentaire les petites attentions que vous aimez retrouver dans une dédicace !

♥ J’imagine que vu la naissance récente de votre petite dernière, vous n’avez peut-être pas encore eu le temps d’y penser mais avez-vous d’autres projets du même acabit dans la tête ? Est-ce qu’une fois commencé, on ne peut vraiment plus s’arrêter d’écrire ?

C’est drôle que tu me poses la question car j’ai justement signé le contrat pour le nouveau roman hier avec Charleston ! (Ce qui fait donc plus d’un mois, bravo Iris pour le scoop!) J’ai déjà écrit presque un quart de l’histoire. Toute l’intrigue est prête dans ma tête, l’idée m’est apparue en 10 minutes lorsque j’étais à la campagne en train de conduire mes enfants à l’école. L’histoire se déroulera sur 20 ans, en 3 parties. Le roman devrait être disponible en novembre. J’ai également signé pour un nouveau livre de développement personnel qui sortira en décembre !

J’espère aussi par la suite me lancer dans un autre genre, j’aimerais beaucoup rédiger un scénario, de film, de série, je ne sais pas encore, mais l’idée me tente beaucoup. Etant donné que mon écriture est fort visuelle, j’ai l’impression qu’elle pourrait très bien s’adapter au genre. J’aime beaucoup les challenges et je prends beaucoup de plaisir à exploiter les différentes formes qui existent pour raconter des histoires.


Voilà qui est déjà terminé ! J’espère que cette petite interview vous aura donné envie de découvrir cette jolie histoire si vous ne l’avez pas encore lue. Si c’est déjà le cas, il faudra patienter jusqu’en novembre pour pouvoir lire à nouveau Alia !

En tout cas, moi, j’ai passé un très bon moment à compagnie de cette adorable écrivain et j’avoue, j’aurai maintenant un peu moins peur de venir vous parler, chers écrivains (préparez-vous pour Livres Paris ! J’arrive, j’espère…)

 

Publicités

5 réflexions sur “Pause Interview – Alia Cardyn : « Une vie à t’attendre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s