Cocktail #1 : Wallbanger – Alice Clayton

cocktail-tome-1-wallbanger-alice_clayton

résumé5

Caroline Reynolds vient d’emménager dans un superbe appartement à San Francisco, mais sa première nuit est perturbée… par les exploits nocturnes de son voisin ! La promiscuité est d’autant plus frustrante que la jeune femme n’a pas eu d’aventure depuis près de six mois. D’ailleurs, par vengeance, Caroline surnomme le dom juan d’à-côté le « Cogneur de Mur ». Or, une nuit, excédée, c’est à sa porte qu’elle finit par cogner… pour découvrir en Simon un homme particulièrement séduisant. Peu de temps après, alors qu’ils se croisent à une fête, Caroline accepte de conclure une trêve pour apprendre à mieux le connaître. Si petit à petit ils deviennent amis seront-ils bientôt amants ?

avis

Alors, alors, alors,… C’est à cet instant précis que les Romains s’empoignèrent ! Parce que, malgré toutes les critiques élogieuses qui entourent ce roman depuis quelques mois, je n’ai pas aimé. Ne vous énervez pas, je vais tenter de vous expliquer pourquoi en quelques mots.

Tout d’abord, et je me demande comment je n’ai pas pu faire le lien en lisant le résumé, le début m’a fait indubitablement penser aux premières lignes du sixième tome de la saga Dublin Street, Moonlight on Nightingale Way. Bon, ai-je vraiment besoin de raconter à nouveau mon amour pour cette série que je chéris à la folie ? Non, je ne pense pas. Disons donc que Wallbanger s’est mis tout seul en compétition avec un roman que j’ai adoré. Pas facile pour lui ! Finalement, il arrive à s’en distinguer mais aucunement à se mettre côte à côte avec Samantha Young.

Ensuite, second point et non des moindres. J’ai trouvé les personnages vides. Je suis horrible de dire ça comme ça mais je l’ai vraiment ressenti pendant ma lecture. J’ai trouvé Simon quelconque. Alors que j’adore tomber amoureuse des héros que je lis, lui ne m’a rien fait. Pourtant, ce coureur de jupons cogneur de mur avait tout me faire craquer. Alors oui, j’aime quand un brin de drame surplombe la romance ! Enfin non, disons que j’aime quand des secrets se baladent au-dessus des protagonistes. Et je m’en suis imaginé mille concernant Simon, sauf qu’ils ne sont jamais apparus ! Vides, je vous disais. Parlons de Caroline, pouf pouf pouf… Que dire ? Disons qu’elle s’assortit très bien avec Simon, vu que j’ai très peu de choses à déblatérer sur elle. Je l’ai trouvé très contradictoire à certains moments et j’ai eu un mal fou à la cerner… Et oui, son histoire de Monsieur/Madame m’a vraiment ennuyée, limite agacée à certains moments (telle la conscience d’une chère Anastasia Steele, c’est dire !) On dirait que Caroline ne pense qu’à ses orgasmes latents pendant presque 300 pages, ça en devient vite lassant… Quant à leurs amis, disons que je me suis parfois crue lire les histoires d’ados dans la cour de récrée. Pas mature pour un sous. Je ne suis pas contre se bourrer la gueule une fois (oui, je le fais aussi) et s’il le faut, jouer à Action ou vérité, mais il serait bien qu’à un moment, l’histoire évolue et les personnages aussi. Cette évolution a dû rester sur la couverture parce que je n’en ai rien perçu !

Venons-en à l’humour tant vanté par d’autres avis. Oui, il est présent. Sur ce point, je ne vais pas faire la fine bouche. Mais, selon moi toujours, il a été mal géré. Oui, j’ai souri à certains moments, comme il m’arrive de le faire avec d’autres romans qui ne se vantent pas d’être particulièrement drôle. Pourtant, je suis une fan d’humour ! J’adore en faire et j’adore rire (comme tout le monde, je sais). Et puis, je suis rodée ! J’ai vu Gad Elmaleh deux fois et connais presque tous ses spectacles par cœur, ainsi qu’Elie Semoun et Anthony Kavanagh. Mais ici, très bof bof bof.

De plus, je n’ai pas trouvé l’écriture spécialement terrible. J’aime les romans avec de jolies tournures qui, même s’ils tirent en longueur, vous emportent par leur belle histoire, et ce tellement que vous ne remarquez pas les pages défiler. C’est un des traits que je préfère chez deux de mes auteures préférées, Samantha Young et JL Armentrout. Peut-être qu’étant donné qu’il était publié chez J’ai Lu, j’ai trop voulu les comparer et je me suis cassé la figure. Parce que, vraiment, j’ai trouvé ces scènes interminables d’envoi d’sms entre tous les personnages horriblement énervantes et sans grand intérêt !

Pour terminer cet avis peu joyeux disons que malgré l’intrigue qui pouvait paraître du déjà-vu, je croyais vraiment que cette histoire pourrait être différente, de par les tranches de rire qu’elle promettait, notamment. Mais ça ne l’a pas fait pour moi. Il n’en reste que, vu les nombreux avis positifs que j’ai vu sur ce roman, il pourrait certainement vous plaire. N’hésitez pas à le lire pour vous faire votre propre avis, sait-on jamais !

Ps: Non, ceci n’est pas un poisson d’avril, je n’ai vraiment pas apprécié ce roman…

2_plumes

Publicités

21 réflexions sur “Cocktail #1 : Wallbanger – Alice Clayton

  1. Carnet Parisien dit :

    Tu as bien le droit de ne pas aimer, voyons 🙂 C’est vrai que c’est difficile d’aimer un livre quand on le compare à un autre que l’on a adoré… Dommage pour les personnages et l’écriture. Bon, je suis dans une période où je sature un peu des romances, alors je vais passer mon tour avec celle-là (qui ne m’attirait pas plus que ça) ^^ Bises

    Aimé par 1 personne

    • Iris Sireadbooks dit :

      Hihi oui, je le sais bien mais ce n’est jamais plaisant de démonter un livre, parce que j’ose à peine imaginer le travail qu’il y a derrière et que ça me fait mal pour lui. Mais bon…
      Il y en a de biens meilleurs selon moi, donc tu fais bien de le passer 🙂
      Bises !

      Aimé par 1 personne

  2. Harlow Queen dit :

    J’adore ton ps ! 😂 C’est dommage qu’il ne t’ait pas plu moi j’avais bien ri ! 😛 Et pi c’est vrai tu as le droit de ne pas aimer hein ! 😉
    Après je ne sais pas si tu bannis totalement Alice Clayton à cause de sa plume ou tu tenterais ta chance avec un autre roman, parce que ses séries Redhead et Hudson Valley sont pas mal ! 🙂 Après je ne voudrais pas en partie la cause d’une autre déception… 🙊🙈

    Aimé par 1 personne

    • Iris Sireadbooks dit :

      Hihi non je ne la bannis pas à tout jamais, qui sait? Je tenterai peut-être en VO, de fait, ça ira peut-être mieux ! J’ai vraiment un problème avec les traductions ces derniers temps 😮
      Tu m’es toujours d’une grande aide dans mes choix de lecture ! Cesse tes bêtises 🙂
      Bisous !

      Aimé par 1 personne

      • Harlow Queen dit :

        hihi ça fait plaisir à voir ! 😊
        Oui peut-être qu’en VO ça ira mieux ! J’ai du mal avec la VF avec ce genre de romans, il n’y a que les traductions de Jennifer L. Armentrout qui ne dérangent pas.. Et encore, je ne te cache pas que j’ai eu un peu de mal au départ avec Jeu d’indulgence 🙈 mais là ça passe tout seul avec Jeu d’innocence 🙂
        Bises !

        Aimé par 1 personne

  3. FéeLiseuse (@LaFouineuseBlog) dit :

    Arf, je t’ai déjà donné mon avis.. Je ne l’ai pas lu en entier.. difficile du coup de te dire si je pense comme toi.. quoi que :p
    J’suis donc rassurée, je me dis que j’ai rien perdu , juste gagné du temps certainement.. Je pense préférer relire Dubin street ou Jeu de patience plutôt que de lire celui-ci qui m’a ennuyé au point de le lâcher en cours de route :/

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s