The Book of Ivy – Amy Engel

the-book-of-ivy-581703-250-400

résumé5
Au nom de quoi seriez-vous prêt à tuer ?

À la suite d’une guerre nucléaire dévastatrice, la population des États-Unis s’est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s’est joué une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.

Cette année, mon tour est venu. Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L’objectif, c’est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu’un cœur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu’un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu’en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie. Mon destin est scellé depuis l’enfance. Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.

Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ?

avis
The Book of Ivy est un mélange de thriller psychologique et d’histoire d’amour shakespearienne sur un fond de monde post-apocalyptique. Un roman d’anticipation très intéressant, dans la lignée de La Sélection de Kiera Cass tout en étant sans aucun doute, selon moi, meilleure que cette série.

Nous plongeons à l’ouverture du roman dans les pensées d’Ivy Westfall, jeune fille de seize ans. Cette dernière est sur le point d’assister à la cérémonie de son propre mariage ainsi que de celle de beaucoup d’autres filles avec des garçons plus aisés de la « nation ». Ces mariages arrangés entre les deux catégories de la population sont censés maintenir la paix dans cette nouvelle Amérique qui a été décimée voilà cinquante ans par une guerre nucléaire.

Ivy est promise au fils du président de Westfall, Bishop, et ce afin de réunir une bonne fois pour toute les deux familles dans la joie et la bonne humeur. Bon, vous le comprendrez très vite, tout est assez loin de se passer de la sorte étant donné qu’Ivy accepte de l’épouser dans le seul but de pouvoir le tuer et ainsi permettre à son père de reprendre le pouvoir.

Son nom de famille n’est pas pour rien le même que le nom de cette nouvelle « nation ». En effet, son grand-père a été le créateur de cette civilisation. Par contre, ce dernier n’a pas réussi à garder sa place de leader. C’est le père de Bishop, Mr Lattimer qui a récupéré le pouvoir et qui en est devenu le président. On comprend alors très bien la tension qui surplombe ces deux familles.

Ce roman se déroule dans le futur, vous l’aurez compris. Toutefois, la mise en place de l’espace/temps est assez rapide. Pas de description sans fin sur les causes de la guerre ni sur le décor. On l’imagine somme toute semblable à l’Amérique d’aujourd’hui (pas d’extraterrestres ou de mutants en vue) bien que les habitants n’aient plus du tout le confort que nous connaissons. De fait, cette civilisation vit complétement en autarcie sans jamais passer outre la barrière qui encercle le territoire. Nous découvrons leur mode de vie au fil de l’histoire ce qui est une merveilleuse idée pour éviter une introduction longue et ennuyeuse qui présenterait le pourquoi du comment. L’auteure accentue son écriture sur le mariage de nos deux héros et non pas excessivement sur ce monde d’après-guerre.

La relation des deux personnages évolue de manière fulgurante au fil du temps, sans être trop prévisible. Tous deux sont assez secrets, oubliez donc les effusions de sentiments, ce qui fait du bien, pour une fois !

De plus, le compte à rebours qui rythme le récit accorde un suspens que l’on peut tout bonnement qualifier d’insoutenable. Les pages défilent à toute allure, impossible d’arrêter sans savoir quel sera le destin de nos deux héros. La fin présage une suite intense et à la hauteur du premier tome.

En somme, un très bon roman ! Si vous cherchez de la dystopie, vous serez servis. Pour ceux qui ne connaissent pas le genre, voici une merveilleuse façon de faire sa rencontre.

3_plumes

Publicités

6 réflexions sur “The Book of Ivy – Amy Engel

      • Lili_Dem dit :

        Je suis plus jeune donc c’est peut être pour ça, mais j’ai beaucoup aimé ce roman. On ne peut pas dire qu’il n’y a pas de romance, mais on ne plonge pas dans l’hyper sentimental. Je l’ai trouvé différents des autres dystopies qui mêle beaucoup les relations amoureuses. Là c’est plus « simple » je trouve, moins rocambolesque aussi: pas d’actions spectaculaire à la HG ou Divergent. Du coup ça paraît aussi plus « réel », en tout cas plus proche de ce qu’on connaît. Enfin je le conseille vivement!

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s